LES BLOGUES
23/12/2014 11:35 EST | Actualisé 22/02/2015 05:12 EST

Le récit d'une vie sauvée par Opération Nez rouge

Cette histoire va nous marquer, mes coéquipiers et moi. Ce genre d'événement confirme l'importance d'une organisation comme Nez rouge et nous rend encore plus fier d'y participer.

22 décembre en fin de soirée, nous étions en attente dans le secteur de Saint-Eustache. Il faisait frais à l'extérieur. Nous sortions d'un Tim Horton, café (chocolat chaud dans mon cas) et muffins à la main pour nous réchauffer et nous garder un peu alerte. Nous venions de faire un crochet par Terrebonne, Montréal, Laval et Deux-Montagnes. Une belle randonnée automobile! J'ouvre une parenthèse, nous sommes passés par le House of Jazz de Laval et je ne sais pas qui tu es, mais la chanteuse du house band présent ce soir-là a fait fondre plusieurs cœurs de l'équipe. D'ailleurs, c'est un très bel endroit, à essayer absolument! Fin de la parenthèse.

En embarquant dans notre fourgonnette, nous nous sommes mis à nous promener dans la ville sans itinéraire très précis en attendant que notre répartitrice nous contacte pour nous assigner une nouvelle demande de raccompagnement. Nous nous sommes retrouvés avec un certain hasard devant un bar X. Nous nous sommes dit que nous allions entrer dans le stationnement juste pour faire un tour et repartir par la suite. En entrant dans le stationnement, la centrale nous contacte pour notre prochaine assignation. Au même moment, j'aperçois une jeune femme assise, plutôt étalée de tout son long, par terre en plein milieu d'une section du stationnement complètement vide. Nous mettons la centrale en attente pour aller voir ce qui se passe. En abaissant notre fenêtre, nous lui demandons si elle est correcte. Elle nous répond alors un «non» bien senti ainsi qu'une série de mots inaudibles couverts par des sanglots. Nous descendons de notre voiture pour nous approcher et lui demander ce qui se passe.

En nous approchant, nous finissons par comprendre qu'elle a perdu la bague de sa grand-mère. Elle est visiblement sous le choc, le tout mélangé à une soirée visiblement très bien arrosée: mauvais mélange. Je retrouve sa bague qui était à environ un pied et demi devant elle et lui redonne ce qui a pour effet immédiat de la calmer. Nous pouvons finalement lui demander ce qu'elle compte faire et voyant son état beaucoup trop détérioré, nous prenons la décision d'appeler la centrale par téléphone et demander si nous pouvons la raccompagner et d'assigner à quelqu'un d'autre l'appel que nous avions ignoré quelques minutes plus tôt. Soulagement, la centrale dit oui. Nous demandons donc le nom de la jeune femme tout en essayant de trouver sa voiture et en la soutenant solidement par les bras pour la faire marcher jusqu'à notre voiture pour la réchauffer un peu. Elle finit donc par nous marmonner son nom ainsi que les autres informations requises pour la demande de transport.

Sa voiture est difficilement trouvable vu la confusion de la demoiselle, mais nous finissons par la trouver. Pendant que nous la cherchions, elle me raconte que sa grand-mère est décédée quelques jours auparavant tout en m'envahissant de plusieurs excuses pour son comportement. Voilà pourquoi elle paniquait autant lorsqu'elle a perdu sa bague. Nous l'avons installé à l'arrière de sa propre voiture et nous avons de peine et de misère obtenu adresse de résidence.

Pendant le début du voyage, elle nous raconte que c'est sa fête et que ses amis l'ont sortie et lui ont visiblement fait sa fête. Ses mêmes amis qui l'on laissée partir dans cet état. Ça n'a pas pris de temps qu'elle s'est endormie profondément le temps du trajet. Nous l'avons finalement ramenée chez elle, saine et sauve après avoir tourné en rond en tentant de repérer son adresse et en ayant peu de collaboration de sa part, toujours causée par son état avancé.

Cette jeune femme a eu un ange qui a veillé sur elle ce soir-là. C'est tout un hasard d'être tombé sur elle alors que nous ne faisions que nous promener dans la ville. D'autant plus qu'avec seulement 30 secondes de décalage, même pas le temps d'une lumière rouge supplémentaire sur notre chemin, et nous ne nous rendions jamais à elle, car nous recevions une assignation au même moment. Si nous n'étions pas tombés sur elle, qui l'aurait fait? N'importe qui aurait pu l'embarquer et l'amener n'importe où. Pour preuve, elle s'est rendu compte qu'elle n'était pas avec ses amis seulement rendue à la porte chez elle.

Cette histoire va nous marquer, mes coéquipiers et moi. Ce genre d'événement confirme l'importance d'une organisation comme Nez rouge et nous rend encore plus fiers d'y participer. C'est exactement pour aider ce genre de personne à se rendre chez elle que nous veillons tard et nous couchons tôt au petit matin. C'est le genre d'événement qui nous fait dire : voilà pourquoi je participe.

Faites attention lorsque vous sortez. Prenez soin de vos ami(e)s. Veillez les uns sur les autres. Ce soir, nous avons probablement sauvé la vie de cette jeune femme, mais Nez rouge ne sera pas toujours là et il n'y a pas que des bons samaritains.

Consommez avec modération, mais si vous ne vous sentez pas aptes, soyez responsables et appelez un ami, un taxi ou Opération Nez rouge jusqu'au 31 janvier au 1-866-desjardins.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo 15 trucs pour éviter de trop boire Voyez les images