LES BLOGUES
03/01/2014 01:05 EST | Actualisé 05/03/2014 05:12 EST

Pour en finir avec la «Cage aux phobes» en 2014

Vous rappelez-vous quand Céline Dion avait été qualifiée "d'islamophobe" après que la chanteuse eut l'audace de se prononcer en faveur de la Charte des valeurs, tout en ajoutant que les immigrants devraient « s'adapter à leur pays d'accueil » ? En cette fin d'année 2013, cet évènement en apparence anodin est pourtant représentatif de notre approche au discours contemporain. L'écrivain français Philippe Muray avait déjà observé en 2002 dans Exorcismes spirituelles III, cette tendance à qualifier certains points de vue et opinions dits controversés, de phobie et de « névrose » et qui nous mènerait à enfermer les malfaisants dans une « cage aux phobes ».

La « cage aux phobes » de Muray fait référence à tous ses suffixes phobiques qu'on attribue à ses opposants politiques, à ceux qui sont en désaccord avec nous et qui pensent de façon différente. Elles sont bien connues ces phobies: homophobie, islamophobie, xénophobie, anglophobie, francophobie pour ne nommer que ceux-ci. Muray observait qu'une « opération de médicalisation systématique » de la société, en parlant de la France, était en cours, que toute opinion contraire à « la juste ligne » d'une certaine élite bien-pensante, régie par la rectitude politique et par les tribunaux dans plusieurs cas. Cette « médicalisation », applicable pleinement au Québec, transforme un débat démocratique ouvert et nourri par une pluralité d'opinions et d'analyses dans toute sa splendeur, en une psychothérapie nationale qui cherche à guérir les causes d'une psychose québécoise qui serait au coeur des divergences d'opinions. Cette psychose collective expliquerait la réticence d'un Québec irrationnel à suivre le progrès par la soi-disant justice sociale inévitable dont on nous chante les louanges sans cesse.

La scène politique québécoise n'a pas manqué a fournir des occasions propicent au débat et aux accusations de phobie ces dernières années. De la crise des accommodements raisonnables en 2007, du mépris de la presse anglophone canadienne envers le Québec et ses accusations "d'anglophobie" lors des élections provinciales de 2012, jusqu'au présent débat sur la Charte des valeurs, la « médicalisation » de nos pensées semble bien en cours.

Dans cette ère politique trouble, le débat ne peut que s'enflammer et les opinions ne peuvent que diverger. La division et la confrontation sont inévitables. Les discours et des textes passionnés en choqueront certains alors que d'autres s'y reconnaîtront. Les vieilles divisions linguistiques, politiques, idéologiques et sociales des Québécois refont surface, car, que cela nous plaise ou non, elles font partie de nous, de notre histoire et de notre identité. Mais certains sont exaspérés par le débat et par les divisions qu'il crée. Ces mêmes personnes voudraient trop souvent remplacer le débat public par une solution technocratique et administrative, comme si la discorde et la dialectique n'étaient que le résultat d'une mauvaise gérance des esprits, comme on peut parfois donner le mauvais dosage à ses patients dans un institut de santé et en perdre le contrôle.

Une telle médicalisation du discours public et du débat n'est pas sans conséquence, car elle finit par nous transformer tous en patients potentiels dans un Québec devenu un grand centre de traitement pour la santé mentale à ciel ouvert. Comme Muray l'explique, « une phobie, c'est une névrose: est-ce qu'on va discuter, débattre, avec un névrosé au dernier degré ? Non, on va l'envoyer se faire soigner, on va le fourrer à l'asile, on va le mettre en cage. Dans la cage aux phobes. » Les symptômes de cette « névrose » qui se manifestent chez les individus et collectivement, seraient détectables par nos idées et opinions politiques qui oseraient contester non seulement les moyens utilisés, mais les objectifs d'un projet de société dessiné et décidé d'avance pour nous. En médicalisant le discours public, on en vient à concéder que la politique est réduite à la gérance technocratique de la société et que tout différend philosophique, théorique et normatif sur la fondation même de notre société ne peut qu'être les manifestations d'un déséquilibre mental qui se doit d'être traité.

En 2007, quand le premier ministre Jean Charest lançait sa grande Commission Bouchard-Taylor, ce n'était pas pour comprendre, interpréter et décoder le message que les Québécois envoyaient à leur gouvernement, mais pour diagnostiquer et mieux soigner le Québec. La conclusion du rapport Bouchard-Taylor recommandait bien une rééducation du peuple québécois par l'école ou le multiculturalisme serait engravé dans le cerveau de nos plus jeunes comme une sorte de vaccins qui protégerait contre le désordre psychologique identitaire québécois. On ne discute pas avec un névrosé comme dit Muray, on le soigne.

Ces jours-ci, alors que fait rage le débat sur la Charte des valeurs, plusieurs ont accusé les Québécois de « racisme », de « xénophobie », « d'islamophobie », que ce soit dans les médias, dans certains cercles académiques ou dans le milieu communautaire et activiste. Enfin, Impératif français et le Mouvement Québec français ont répliqué à la campagne de salissage des médias anglophones envers le Québec par une campagne contre la « francophobie », histoire d'être différent.

Si nous ne pouvons échapper à « la cage aux phobes »en 2014 et dans les années suivantes, nous risquons l'aplatissement, la fatigue généralisée, l'abandonnement de tout débat public. La conséquence sera (ou l'est-elle déjà ?) la mise en tutelle de notre liberté de penser notre société et la politique. On peut se poser la question: un peuple sous tutelle qui finit par accepter le diagnostique de sa névrose peut-il survivre longtemps ?

VOIR AUSSI:

De quelles religions sont les Québécois?

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.