LES BLOGUES
31/08/2016 03:21 EDT | Actualisé 31/08/2016 11:17 EDT

Rencontre entre Trump et Peña Nieto: un tournant dans la campagne présidentielle?

La visite de Donald Trump à Mexico sur l'invitation du Président Enrique Peña Nieto est avant tout une manœuvre électorale. Le candidat républicain a accepté cette invitation dans l'espoir de séduire la communauté latino et les électeurs plus modérés. Par contre, la manœuvre est risquée.

La visite de Donald Trump à Mexico sur l'invitation du président Enrique Peña Nieto est avant tout une manœuvre électorale. Embarrassé par l'image de raciste et de xénophobe qui lui colle à la peau depuis le début de la campagne, le candidat républicain a accepté cette invitation dans l'espoir de séduire la communauté latino et les électeurs plus modérés.

Par contre, la manœuvre est risquée. Peña Nieto, de plus en plus impopulaire dans son propre pays à la suite de plusieurs scandales (on le soupçonne de corruption et d'avoir plagié sa thèse de droit), pourrait profiter de l'occasion pour dénigrer Trump, ce qui ne manquerait pas de plaire à une forte majorité de Mexicains qui éprouve une haine viscérale pour le candidat républicain. Il n'y a pas si longtemps, Peña Nieto avait comparé l'homme d'affaires à Hitler et Mussolini.

En échange de quelques bons mots de Peña Nieto, qui rendrait compte d'un discours cordial et constructif avec un homme politique raisonnable, Trump pourrait adoucir sa position sur l'immigration. Le magnat de l'immobilier pourrait à son tour évoquer une rencontre cordiale et productive avec le président mexicain dans son discours de ce soir sur l'immigration, ce qui lui donnerait l'apparence d'un véritable homme d'État, prêt à faire des compromis et à garder les canaux de communication ouverts.

Par contre, derrière les manœuvres et les faux-fuyants, on suppose que le candidat républicain va tenter de rassurer le président mexicain sur ses plans en matière d'immigration. Il va peut-être lui dévoiler ses véritables intentions et lui signifier qu'il doit apaiser une base qui prône la ligne dure sur l'immigration (légale ou illégale). Il va sans doute lui expliquer en plus de détails et nuancer son programme de déportation massive. Il fera peut-être la même chose pour son projet de construire un mur. Rappelons que ces deux mesures sont considérées comme très peu réalistes et trop couteuses (surtout considérant les baisses d'impôts promises par Trump) par la plupart des observateurs.

La position de Trump sur l'immigration illégale en provenance du Mexique est d'autant plus étrange que celle-ci est en baisse nette depuis 2007-2008.

Je crois qu'il sera surtout question de la circulation des biens et des personnes entre les deux pays, donc en bonne partie des modalités du libre-échange. Comme les deux pays sont des partenaires commerciaux très importants, l'imposition de tarifs élevés sur les biens produits au Mexique, l'imposition d'amendes ou de taxes élevées aux entreprises américaines qui désireraient produire au Mexique et le renforcement du dispositif sécuritaire à la frontière, déjà est déjà très lourd et pas très fluide, auraient des conséquences très importantes pour l'économie des deux pays, et potentiellement catastrophiques pour le Mexique, largement dépendant des États-Unis au niveau économique.

Au bout du compte, il serait difficile et peu avantageux de dénouer des liens économiques qui se sont constitués entre les deux pays sur plusieurs décennies. On estime d'ailleurs qu'environ 6 millions d'emplois aux États Unis dépendent du commerce avec le Mexique.

Si Trump venait à mettre en pratique le protectionnisme agressif qui a défini sa campagne, le Mexique s'en retrouverait appauvri. Cet appauvrissement porterait sans doute certains ressortissants mexicains à tenter leur chance de l'autre côté de la frontière, et ce en dépit du mur (il y a déjà un mur qui longe le tiers de la frontière que plusieurs escaladent, sans parler des tunnels qui n'ont pas tous été découverts) et des contrôles frontaliers. La position du candidat républicain sur l'immigration illégale en provenance du Mexique est d'autant plus étrange que celle-ci est en baisse nette depuis la crise économique de 2007-2008.

Nous verrons si le quitte ou double de Donald Trump réussira dès ce soir.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo 9 Other Absurd Things Donald Trump Has Said About Latinos Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter