LES BLOGUES
07/11/2016 10:38 EST | Actualisé 07/11/2016 10:38 EST

Le Global 7000: un pas dans la bonne direction

Attendu depuis des jours et même quelques semaines, le premier avion d'essais en vol du nouveau membre de la famille de jets d'affaires haut de gamme à cabine large et très long rayon d'action Global 7000 de Bombardier a effectué son vol inaugural vendredi dernier.

Attendu depuis des jours et même quelques semaines, le premier avion d'essais en vol (FTV1) du nouveau membre de la famille de jets d'affaires haut de gamme à cabine large et long et très long rayon d'action Global 7000 de Bombardier a effectué son vol inaugural vendredi dernier. À 10h25, par temps clair, l'aéronef s'est élevé de l'aéroport de Downsview, en banlieue de Toronto, en Ontario avec à ses commandes le capitaine Ed Grabman assisté de son copilote Jeff Karnes et de l'ingénieur d'essais en vol Jason Nickel.

Ce vol inaugural d'une durée de 2h27 a mené l'aéronef portant l'immatriculation C-GLBO à une altitude de 20 000 pieds d'altitude (6,096m) et à la vitesse de 240 nœuds (440km/h). Il est évident que les gens de Bombardier auraient rêvé de réaliser ce premier vol lors du salon NBAA BACE, la grande messe mondiale de l'aviation d'affaires qui s'est tenue du 1er au 3 novembre à Orlando, en Floride, qui a finalement eu lieu le lendemain de sa clôture.

Au prix unitaire de 72, 8 millions de dollars américains, le Global 7000 propulsé par une paire de turbosoufflantes Passeport de General Electric d'une poussée de 16 5000 livres, certifiées en mai 2016, vient augmenter et enrichir la famille Global de Bombardier qui compte les Global 5000 et Global 6000.

Suite à deux ans de retard, le Global 7000, le dernier né des jets d'affaires du constructeur de Saint-Laurent, mais aussi le plus gros avec une longueur de 111 pieds ou 33,9 mètres et une envergure de 104 pieds ou 31,7 mètres, devrait entrer en service au second semestre 2018 après une rigoureuse campagne de tests en vol qui mènera à sa certification par Transport Canada.

Muni d'une toute nouvelle aile transsonique de dernière génération, le Global 7000 peut transporter en tout confort huit passagers à Mach 0,85 sur 7400NM (13 705km). Il sera capable ainsi de relier Londres à Singapour ou New York à Dubaï sans escale.

Le Global 7000 permettra à Bombardier de pouvoir affronter les entièrement nouveaux (cellule, ailes et moteurs) G650 et G650ER certifiés respectivement en octobre 2012 et septembre 2014 dont deux cents exemplaires ont été construits en date du mois d'octobre 2016. Suivra le Global 8000, légèrement plus court, mais au rayon d'action supérieur avec 7900NM ou 14631km et d'une capacité maximale de quinze passagers, quatre de moins que le Global 7000.

Ces deux nouveaux membres de la famille Global permettront peut-être à Bombardier de relever les chiffres annuels de production de cette gamme de jets d'affaires qui ont glissé de 80 à 50 appareils actuellement.

Bombardier devra ensuite s'atteler à la refonte des Global 5000 et Global 6000 qui doivent affronter les entièrement nouveaux (cellule, ailes et moteurs) Gulfstream G500 actuellement en campagne de tests en vol en vue d'une certification en 2017 et d'une mise en service l'année suivante et son grand frère, le G600 dont le premier vol est imminent pour une certification en 2018 suivie d'une mise en service en 2019.

Au prix unitaire de 44,65 millions de dollars américains, le G500 offrira un rayon d'action de 5000NM comme le Global 5000. À 55,65 millions de dollars américains, le G600 affiche un rayon d'action de 6200NM contre 6000NM pour le Global 6000.

Une nouvelle aile ainsi qu'une nouvelle motorisation seraient souhaitées pour les Global 5000 et Global 6000. Restera à l'avionneur de Saint-Laurent, de penser au renouvellement avec un tout nouveau design et des moteurs de nouvelle génération, du Challenger 650 dont les origines remontent au Challenger 601 dont le vol inaugural remonte à novembre 1978 surtout depuis le lancement au Salon NBAA BACE de l'an dernier du nouveau Cessna Citation Hemisphere propulsé par une paire de turbosoufflantes Silvercrest de Safran en cours de certification.

Dans le créneau de l'aviation d'affaires, tout comme en fait dans les autres secteurs de l'industrie aéronautique, l'innovation et les nouveaux produits sont les moteurs de la croissance.

Le secteur de la construction d'avion d'affaires n'a pas rattrapé le niveau d'activité d'avant la chute de Lehman Brothers en septembre 2008 et selon plusieurs analystes, dont Richard Aboulafia du Teal Group et les prévionnistes d'Honeywell, la chose ne se réalisera au mieux qu'en 2020.

Seul un flot ininterrompu de nouveaux modèles peut garantir la santé de l'industrie en convainquant les utilisateurs actuels d'avions d'affaires d'opter pour des nouveaux modèles aux performances améliorées.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Bombardier Transport Voyez les images