LES BLOGUES
07/05/2018 09:00 EDT | Actualisé 07/05/2018 09:43 EDT

Les diètes et les aliments miracles n’existent pas

La réalité est qu’aucun aliment et aucun nutriment n’est bon ou mauvais.

Foxys_forest_manufacture via Getty Images

Faire une diète amaigrissante, supprimer des aliments ou surconsommer certains nutriments ne peut garantir la santé ou une perte de poids à long terme. À moins d'avoir un plan de traitement nutritionnel déterminé par un médecin ou un diététiste-nutritionniste pour traiter une maladie, il est conseillé de manger une grande variété d'aliments peu transformés et en quantité modérée.

Ni bons ni méchants

On demande souvent aux nutritionnistes de trancher et de dire si tel aliment est bon ou mauvais, s'il faut faire des jeûnes, supprimer le gluten, le lait, la viande ou le sucre, ou encore si la diète cétogène guérit le diabète, etc. La plupart du temps, la réponse à ce genre de questions est «non». La réalité est qu'aucun aliment et aucun nutriment n'est bon ou mauvais (sauf en cas d'allergie ou d'intolérance), car à eux seuls, ils ne peuvent définir la santé ou la maladie. Cette façon dichotomique de classer les aliments avec d'un côté les «gentils autorisés» et de l'autre les «méchants interdits» peut entraîner des carences en nutriments nécessaires au bon fonctionnement de l'organisme et le développement de troubles du comportement alimentaire. L'organisme tire des aliments l'énergie, les matériaux de structure et les composés de régulation dont il a besoin. Les aliments remplissent diverses fonctions et leur qualité ne se résume pas à la somme ou à la soustraction de leurs nutriments.

Privations et détox inutiles

Les diètes populaires sont généralement inefficaces et plus elles sont restrictives, plus elles peuvent être dommageables. Les pertes de poids obtenues s'expliquent surtout par une perte d'eau et une perte musculaire, plutôt que par une perte de graisse. 85% à 95% des gens qui suivent une diète reprennent leur poids dans les deux ans qui suivent, et atteignent parfois un poids plus élevé qu'à la case départ. Par ailleurs, plusieurs problèmes physiques peuvent apparaître à la suite des apports insuffisants en protéines, lipides et même en calorie, à des carences en vitamines ou minéraux, à un déséquilibre électrolytique. Ceci sans compter les risques pour la santé psychologique : perte de contact avec les signes de faim et de satiété, développement d'une relation malsaine avec la nourriture et avec le corps, sentiment d'échec et de culpabilité, diminution de l'estime de soi et préoccupation excessive à l'égard du poids.

Nul besoin de détoxifier ou de purifier l'organisme, car le corps humain est en quelque sorte «autonettoyant».

Un autre mythe tenace est la nécessité de pratiquer le jeûne. Nul besoin de détoxifier ou de purifier l'organisme, car le corps humain est en quelque sorte «autonettoyant». Les organes comme le foie et les reins éliminent les déchets sans l'aide d'un jeûne ou d'un produit nettoyant qui eux peuvent avoir des conséquences néfastes.

Reconnaître les fausses allégations

Dans tous les domaines en général et en nutrition en particulier, Internet est une immense source d'informations, mais aussi un grand diffuseur de fausses allégations qui peuvent mettre la santé du public en péril. De nombreuses personnes induisent le public en erreur en s'improvisant spécialistes en alimentation, coachs en nutrition ou guérisseurs. Ils invoquent de la pseudoscience et proposent toutes sortes de produits et de recettes pour guérir ou maigrir. Bien souvent, ces gourous et ces charlatans exploitent les craintes et les angoisses des consommateurs à l'égard de l'alimentation. Il est alors très difficile pour les gens de faire la différence entre les affirmations sensationnalistes non fondées et les informations justes.

La science comme seul guide

La nutrition est une science basée sur des données scientifiques et celles-ci évoluent au fil des découvertes. Grâce à leur formation initiale et à une mise à jour régulière de leurs connaissances, les diététistes-nutritionnistes peuvent intégrer les nouvelles données scientifiques. Lorsqu'ils font une recommandation, ils ne s'appuient pas sur des expériences personnelles ou des témoignages de clients. En consultation, les diététistes-nutritionnistes n'abordent pas tout le monde de la même façon, chaque cas est traité individuellement et chaque évaluation nutritionnelle est établie en tenant compte de différents facteurs comme les mesures anthropométriques, les analyses de laboratoire, les médicaments, les habitudes alimentaires, les aspects éthiques et culturels, ainsi que le bagage psychosocial du patient.

Ce qu'il faut retenir en bout de piste est que les solutions faciles et les promesses de résultats fonctionnent rarement. Quand on souhaite faire des changements pour des résultats tangibles, il est recommandé de modifier progressivement et durablement ses habitudes alimentaires et de cultiver le plaisir de manger.