LES BLOGUES
18/02/2018 08:00 EST | Actualisé 18/02/2018 08:00 EST

La recherche d’emploi, dernier tabou de l’ère numérique

Si Internet a révolutionné la recherche d’emploi, on ne peut pas dire qu’il a changé les mentalités des chercheurs d’emploi en matière de vie privée.

eclipse_images via Getty Images

À notre époque, nous savons que le partage excessif d'informations sur les médias sociaux comporte des risques--et dans certains cas, annoncer que nous sommes en vacances peut devenir une invitation pour les voleurs. Les gens partagent tellement d'informations sur leur vie personnelle, que certains experts estiment que la vie privée est maintenant chose du passé. Selon moi, les gens accordent encore beaucoup d'importance à leur intimité, particulièrement en ce qui a trait à la recherche d'emploi.

Si Internet a révolutionné la recherche d'emploi, on ne peut pas dire qu'il a changé les mentalités des chercheurs d'emploi en matière de vie privée. Les gens ont beau se mettre en scène chaque jour dans les médias sociaux, se chercher du travail reste une démarche foncièrement personnelle. On pourrait même dire qu'il s'agit du dernier tabou de l'ère numérique.

Un récent sondage maison nous apprend que 73% des chercheurs d'emploi au Canada craignent qu'on découvre leur démarche.

Les finances personnelles, un sujet plus sensible que la recherche d'emploi

À quel point la recherche d'emploi est-elle un sujet sensible ? Plus de la moitié des répondants affirment qu'ils sont peu enclins à partager et prudents sur leur processus de recherche, alors que 38% vont plus loin, en affirmant qu'ils ont l'impression de mener une double vie.

La recherche d'emploi est un sujet que 25% des répondants éviteront d'aborder en ligne.

La recherche d'emploi est un sujet que 25% des répondants éviteront d'aborder en ligne. Seules les finances personnelles suscitent la même réticence. Pas moins de 48% d'entre eux redoutent principalement que leurs collègues l'apprennent, tandis que 23% craignent surtout de ne pas être embauché.

C'est la peur qui pousse au secret les chercheurs d'emploi, dont la moitié garde même leur compagnon de vie dans l'ignorance. Cette opacité provoque des émotions fortes : 70% vivent de l'anxiété.

Les gens qui trouvent un nouveau poste sont habituellement heureux de l'annoncer, mais la plupart préfèrent garder leur démarche secrète. La raison est très concrète : ils n'aimeraient pas que leur employeur actuel ait vent de leur recherche.

La raison est très concrète : ils n'aimeraient pas que leur employeur actuel ait vent de leur recherche.

L'important est que l'humain demeure au centre du processus d'embauche et cela doit impérativement figurer dans les stratégies de recrutement professionnel. Voici comment donner aux chercheurs d'emploi la simplicité, la rapidité et la confidentialité qu'ils souhaitent :

Avoir une politique de confidentialité. Prudence avec les renseignements personnels et les coordonnées des candidats qui devraient être masquées (sauf s'il y a prise de contact) et de s'assurer de ne rien faire circuler. À titre d'exemples, Indeed publie en ligne sa propre politique à ce sujet.

Se mettre à la place du chercheur d'emploi. Être conscient du temps que demande cette démarche, et éviter par exemple de rappeler un candidat pour plusieurs entrevues, ce qui pourrait le mettre dans l'eau chaude auprès de son employeur. Au besoin, faire l'ensemble des entrevues le même jour. Offrir une expérience agréable et respecter le temps à la disposition de chacun des candidats alimentera un bouche-à-oreille très positif sur votre organisation, même si ceux-ci ne sont pas retenus.

Apprendre la discrétion aux responsables de l'embauche. Le monde est petit (particulièrement à notre époque avec les médias sociaux). Les candidats pourraient se connaître entre eux. Respecter leur crainte que leur démarche vienne aux oreilles de leur patron et, surtout, leur besoin de confidentialité.

Galerie photo
Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost
Voyez les images