LES BLOGUES
07/05/2018 09:00 EDT | Actualisé 07/05/2018 10:09 EDT

Nul n’est prophète en son pays, cela vaut aussi pour certains héros

Qu'ont en commun Mark Roswell et Norman Bethune? Ce sont deux Canadiens universellement connus en Chine et pratiquement inconnus ici.

Reuters Photographer / Reuters

Roswell est une vedette populaire de la télévision chinoise dont la présence déclenche des émeutes dans les rues, mais je vous en parlerai dans un autre blogue.

Bethune est un peu plus connu ici, mais un fait cocasse survenu ces derniers jours m'amène à en dire quelques mots. En effet, la ville de Trois-Rivières a envoyé une mise en demeure au célèbre médecin... décédé en 1939!

Certes, c'est le fait d'une bureaucratie qui parfois accouche de ce genre de bourde, mais l'incident démontre notre méconnaissance de l'histoire.

Qui connaît vraiment Norman Bethune ici? Pour moi, avant de vivre en Chine, c'était une statue près de la station de métro Guy lorsque je fréquentais l'université Concordia.

Idéaliste et communiste comme bien des gens de sa génération, il combattit du côté des républicains pendant la Guerre civile espagnole avant de s'engager pour soigner les troupes chinoises, communistes et nationalistes, luttant contre l'envahisseur japonais, où il fut l'un des premiers à pratiquer les transfusions sanguines sur les champs de bataille.

Que l'on soit d'accord ou non avec ses choix politiques, il faut respecter son engagement humanitaire et humaniste.

En Chine, tous les enfants apprennent l'histoire de ce médecin canadien et il est un héros de la propagande communiste créée sous Mao Zedong.

En Chine, tous les enfants apprennent l'histoire de ce médecin canadien et il est un héros de la propagande communiste créée sous Mao Zedong. On lui rend hommage régulièrement depuis longtemps et encore de nos jours dans des articles de journaux.

Des musées et plusieurs monuments commémoratifs lui sont consacrés dans de nombreuses villes chinoises, notamment à Chengdu, Shanghai, Jinan, Wuhan et Baoding.

Enterré à Shijiazhuang une capitale provinciale située à environ 350 km au sud de Beijing, un hôpital de cette ville porte son nom.

Bethune au Canada

Certes, le Dr Bethune n'a pas été oublié complètement au Canada où son lieu de naissance est maintenant un site historique national à Gravenhurst dans la région des Muskoka, au nord de Toronto.

Ce site est visité chaque année par de nombreux touristes chinois qui y font une sorte de pèlerinage.

À Montréal, où il a exercé la médecine sociale avant de courir les champs de bataille antifascistes, outre la statue mentionnée plus haut, on se souvient aussi de lui.

Un autre Bethune

Lorsque j'étais représentant du Québec à Beijing, j'ai rencontré à plusieurs reprises le regretté Dr Jean Couture, de l'Université Laval, qui y menait une lutte au tabagisme. Je l'ai appuyé et accompagné dans des tournées d'hôpitaux et des activités médiatiques, avec Mark Roswell, dans son personnage de Dashan, qui agissait comme ambassadeur pour cette campagne de santé publique. Lutter contre les ravages du tabagisme en Chine est un vaste programme dont je parlerai dans un futur blogue. Le Dr Couture a fondé un centre d'oncologie à Changchun et a animé pendant plusieurs années la coopération médicale entre la Chine et l'Université Laval. D'autres médecins, comme le Dr Jean Deslauriers, ont été amenés à coopérer avec la Chine à travers les canaux ouverts par le Dr Couture.

La Chine a décerné au Dr Jean Couture sa plus haute décoration civique. D'ailleurs, quand j'étais là-bas, les Chinois le comparaient souvent au Dr Bethune et avaient énormément de respect pour lui. La carrière de ce grand humaniste est bien résumée ici.

Une anecdote qui en dit long

L'anecdote suivante est encore plus éloquente. Un jour d'hiver où j'assistais à une cérémonie qui se tenait en plein air dans une ville nordique, un officiel chinois, remarqua, à mon bas de jambe dénudé, que je ne portais pas de caleçon long. Je lui dis que je n'avais pas froid, que j'étais habitué aux températures de -20º. Quelle ne fut pas ma surprise de le voir surgir, au bout d'une demi-heure, avec un ensemble neuf camisole et caleçon long, acheté dans un magasin du coin.

Lorsque je le remerciai et lui dis que ce n'était vraiment pas nécessaire, il me dit que le Dr Norman Bethune avait fait beaucoup pour aider la Chine et que comme j'étais « Canadien », c'était sa façon à lui de repayer cette dette que tous les Chinois ressentent. Bien entendu, je me sentis obligé par courtoisie d'aller à la salle de bain enfiler ces sous-vêtements. Mais, pour tout vous dire, comme je suis plus grand que la moyenne des Chinois, même en taille « L », ces caleçons longs ne couvraient pas le bas de mes jambes et les manches de la camisole étaient trop courtes, ne couvrant pas mes avant-bras! Mais j'ai tout de même apprécié la symbolique et la gentillesse du geste!