LES BLOGUES
05/12/2018 12:19 EST | Actualisé 05/12/2018 12:52 EST

Quelle est la place du Canada dans le marché mondial du cannabis?

Un avenir prometteur se dessine à l'horizon et le Canada pourrait devenir le leader mondial du cannabis.

L'avantage ultime du Québec pour ces entreprises énergivores, c'est surtout les coûts énergétiques plus bas que partout ailleurs.
Daniel Brothers via Getty Images
L'avantage ultime du Québec pour ces entreprises énergivores, c'est surtout les coûts énergétiques plus bas que partout ailleurs.

Le marché du cannabis au Canada était de presque 6 milliards en 2017. Selon la firme Brightfield Group, le marché mondial atteindra 31,4 milliards d'ici 2021. Le cannabis se démocratise et devient dépénalisé et légalisé dans de plus en plus de pays. C'est un marché qui connait une croissance fulgurante.

Comment se positionne le Canada dans ce nouveau marché? Plutôt très bien! Le Canada est le 1er pays du G7 et l'un des premiers au monde à avoir légalisé le cannabis à des fins récréatives. En quelques années à peine, notre pays est en phase de devenir le leader mondial du cannabis. Les dix plus gros producteurs mondiaux sont d'ailleurs canadiens.

Fusions et acquisitions

Les fusions et acquisitions se sont effectuées à des vitesses ex(tra)ponentielles ces derniers mois chez les producteurs canadiens. En voici quelques exemples:

  • La société Tilray a ouvert des filières en Australie et en Nouvelle-Zélande, en Allemagne, et au Portugal.
  • Emerald Health Therapeutics a acheté Agro-Biotech (une entreprise québécoise) au printemps 2018.
  • Canopy Growth a acquis Vert Médical de Saint-Lucien et Mettrum en 2016. La société a établi un partenariat avec Constellation Brands (10%) en octobre 2017. Canopy Growth a acheté 33% de Tweed Joint Adventure en mai 2018 et Constellation Brands a acheté 38% de Canopy en août 2018.
  • Aphria a acquis Broken coast et Nuuvera en janvier 2018. Elle vient d'annoncer un partenariat avec la compagnie australienne Alhea compagny ltd. et un accord avec Rapid Dose Therapeutics inc.
  • Aurora acquiert près de 20% du premier producteur agréé Australien Cann Group et achète Cannimed pour plus de 1 milliard de dollars en mars 2018. Aurora achète MedReeleaf en mai de la même année pour plus de trois milliards.

J'aurais pu continuer la liste, mais je me suis limité aux plus grosses compagnies. À la lecture de celle-ci, vous pourrez constater le nombre et l'importance des fusions et des acquisitions récentes. Tout ceci explique très bien la fluidité des actions ces derniers mois.

Le Canada se positionne de plus en plus comme un joueur incontournable au niveau international.

Vous pourrez aussi remarquer que bon nombre de ces acquisitions et fusions se sont faites outremer. Plusieurs compagnies canadiennes ont investi en Australie, au Chili, au Danemark et au Portugal, des pays qui s'apprêtent à légaliser le cannabis récréatif sous peu. La compagnie Aurora détient une présence importante en Australie. Des fusions sont déjà entamées avec d'autres pays. Le Canada se positionne de plus en plus comme un joueur incontournable au niveau international.

Les exportations

Le premier producteur à avoir obtenu une licence d'exportation est Tilray, qui a exporté de l'huile de cannabis en Croatie en 2016. Un autre producteur canadien important, Canopy Growth, exporte au Brésil et en Allemagne.

Aujourd'hui, il existe approximativement une centaine de sociétés détenant un permis d'exportation.

Le Canada exporte du cannabis séché et de l'huile en Australie, en Israël, aux Pays-Bas, en Allemagne, au Brésil, en Croatie, au Chili, en Nouvelle-Zélande, en République tchèque, aux iles Caïmans, à Chypre, en Australie et en Afrique du Sud.

Mauvaise nouvelle pour Monsieur Trump!

Si la tendance se maintient... Eh bien, le Canada devrait continuer à dominer le marché mondial du https://quebec.huffingtonpost.ca/news/cannabis/cannabis, n'en déplaise à notre voisin américain. Le Canada offre un avantage énorme aux producteurs, en ayant légalisé à l'échelle nationale.

Aux États-Unis la légalisation s'est faite selon les États. Le cannabis y est toujours illégal en vertu de la loi fédérale. Cette situation a des répercussions énormes au niveau du financement et des dépenses admissibles pour les frais de production et d'administration. Un producteur de cannabis californien, Terra Tech Corp, a acheté dernièrement une page complète du Wall Street Journal pour décrier la situation que vivent les producteurs américains et a demandé de l'aide à Washington, afin de lutter contre les producteurs canadiens.

Contrairement à son prédécesseur, le président Trump ne semble pas pressé d'apporter des changements à la loi fédérale. Cette situation risque de demeurer inchangée d'ici 2020 et peut-être même plus. Cela donne une opportunité énorme aux producteurs canadiens.

SUR LE MÊME SUJET:
»La pénurie de cannabis au Canada est inacceptable
» Où sera-t-il permis de fumer du cannabis en vertu du projet de loi de la CAQ?
» Étudier la culture du cannabis avant l'ère de la légalisation
» Le cannabis interdit dans les lieux publics, un casse-tête pour les locataires

La place du Québec

En date du 19 novembre 2018, 69 permis de production avaient été accordés à l'Ontario, 30 à la Colombie-Britannique et 11 seulement pour le Québec. Les autorités québécoises ont toujours été «frileuses» envers le cannabis. Pendant ce temps, la Colombie-Britannique et l'Ontario avaient une approche beaucoup plus libérale. C'est l'un des facteurs qui auront probablement contribué à la rapidité de réaction de ces deux provinces envers ce nouveau marché. Cela explique quand même difficilement la différence des permis accordés à l'Ontario comparativement au Québec.

Les gros producteurs canadiens ont vite découvert les opportunités qu'offre le Québec pour la production en serre. Notre province possède un climat généralement ensoleillé et une température suffisamment basse pour climatiser les serres qui génèrent une chaleur importante.

L'avantage ultime du Québec pour ces entreprises énergivores, c'est surtout les coûts énergétiques plus bas que partout ailleurs.

À l'heure actuelle Hydropothécary poursuit son expansion dans la région de Gatineau. Aurora finit la conversion d'une usine pharmaceutique à Pointe-Claire et développe une autre surface de production à Lachute. Canopy Growth, après avoir acquis Vert Médical et Vert Cannabis, transforme Les Serres Stéphane Bertrand (tomates) de 700 000pc. à Mirabel.TGOD, The Green Organic Dutchman a commencé la construction d'un terrain de 300 000 mètres carrés à Valleyfield.

MYM Nutraceuticals a projeté deux sites de production à Laval et à Weedon. Il est prévu pour ce dernier site un bâtiment multifonctionnel regroupant un centre d'interprétation, un hôtel, une école, un restaurant et un centre de recherche sur le chanvre industriel. La compagnie Agro-Biotech de Saint-Eustache, achetée par Emerald Health Thérapeutics au printemps dernier, continue ses phases de développement. Isocan Med poursuit son expansion à Louiseville. Emerald Plant Health Source(EPHS)inc. et Merrit Valley Cannabis commencent la construction d'une serre à Montréal en 2019.

Les perspectives de l'avenir du marché

Le Québec a eu un départ plutôt modeste dans ce nouveau marché au profit des producteurs d'Ontario et de la Colombie-Britannique. Cependant, il reste encore de la place pour les producteurs et les transformateurs qui se spécialiseront dans les produits de niche. La qualité et l'originalité des produits dérivés, ainsi que la nourriture, peuvent devenir un créneau très intéressant pour notre industrie. Pour cela, il sera nécessaire de franchir certains tabous et d'innover.

La légalisation du cannabis avance à grands pas à l'échelle internationale. C'est un marché qui connait une croissance fulgurante dont nous ne voyons que la pointe de l'iceberg. Le produit étant désormais légal, la recherche médicale se développe à grands pas. On découvre de nombreux effets positifs dans différents cas de pathologie.

L'avenir est maintenant dans les produits dérivés et transformés qui seront autorisés au Canada au courant de l'année 2019.

Il sera possible de consommer des boissons alcoolisées ou non, ainsi que de la nourriture contenant du cannabis. Et ce ne sera pas seulement pour le goût, car ces produits pourront contenir une certaine quantité de THC ou de CBD, les ingrédients actifs du cannabis.

Le Canada est appelé à jouer un rôle de plus en plus important lorsque l'on considère le contexte mondial entourant la légalisation et l'expansion vertigineuse du marché mondial. Un avenir prometteur se dessine à l'horizon et le Canada pourrait donc devenir effectivement le leader mondial du cannabis.

À LIRE AUSSI:

» François Legault: cessez de faire l'idéologue avec l'urgence climatique
» Les gilets jaunes et la désorganisation syndicale
» Dans l'ère de la post-vérité, la mauvaise foi devient épidémique

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.