LES BLOGUES
14/12/2016 05:36 EST | Actualisé 14/12/2016 05:37 EST

Joyeux Noël, monsieur Snowden

La grâce de Snowden serait un beau message de paix, de bonté et de justice pour finir une année qu'on pourrait qualifier de « marde ».

Edward Snowden a voulu nous mettre en garde. Il a pris son courage à deux mains et a décidé de révéler au grand jour la surveillance dont nous faisions tous l'objet. Il savait que ça serait risqué pour lui. Mais il l'a fait pour nous. Depuis, il vit en exil, loin de chez lui. Pour la troisième année il ne pourra pas fêter Noël avec les siens.

Pour démontrer qu'il n'était ni fou ni frappé du syndrome de la théorie du complot, le courageux lanceur d'alerte a basé ses révélations sur des documents des services secrets américains que son travail lui a permis de consulter. Ces documents confidentiels démontrent clairement que des gouvernements récupèrent secrètement de grands pans de nos communications personnelles, comme nos courriels privés, la localisation de nos téléphones, l'historique de notre navigation sur Internet, et bien d'autres détails que même votre mère ne sait pas. Et bien entendu, ces gouvernements curieux qui fouillent nos vies le font sans notre consentement. Je rappelle que nous sommes 2016 et qu'on parle ici de nations parmi les plus démocratiques de l'univers.

Edward Snowden est accusé d'espionnage par ceux qui nous espionnent.

L'ampleur de la surveillance de masse divulguée par Snowden est sans précédent. En dénonçant courageusement cette pratique illégale et intrusive, le jeune homme a permis de lancer un débat important sur le sujet de la protection de la vie privée et des droits humains. Ses révélations ont entre autres entrainé la modification de certaines lois et ont contribué à améliorer la protection de notre vie privée.

Pour le remercier de son geste civique unique, les États-Unis l'ont accusé d'avoir vendu des secrets. Il risque d'être condamné à plusieurs décennies d'emprisonnement. Alors qu'il n'a, je le rappelle, rien vendu. Il a tout donné.

Grâce à ses révélations, des multinationales comme Apple ou WhatsApp se sont même engagées à protéger davantage nos informations personnelles.

Edward Snowden a joué un rôle que le service public ne joue plus. Même le président Obama a reconnu son apport au débat sur la protection de la vie privée. Mais ça ne suffit pas. Snowden est toujours forcé de vivre en exil en Russie. Et rien pour l'instant ne laisse présager que s'il retourne chez lui il aura un procès juste et équitable.

En cette veille de Noël et d'amnistie, j'ai une pensée pour tous ces lanceurs d'alerte qui décident de sortir de l'ombre pour que plus de justice soit faite. Malheureusement, c'est contre eux que les gouvernements se retournent.

Prenez le scandale Luxleaks et les deux anciens employés de la firme PwC qui ont révélé des centaines d'accords fiscaux passés entre des multinationales et le fisc luxembourgeois. Ce sont eux qui ont été condamnés à une peine de prison. Les multinationales courent toujours.

Il reste encore quelques jours à Barak Obama avant de laisser sa place à qui vous savez. Le premier président des États-Unis a le pouvoir de gracier des dindes, il pourrait faire un geste et amnistier Edward Snowden, sans doute un des plus grands héros de ces dernières années.

La grâce de Snowden serait un beau message de paix, de bonté et de justice pour finir une année qu'on pourrait qualifier de « marde ».

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Les vidéos d'Edward Snowden en Russie Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter