LES BLOGUES
10/12/2013 11:41 EST | Actualisé 09/02/2014 05:12 EST

Nouveautés Blu-ray/DVD: Camille Claudel, 1915 et autres critiques

Je suis de retour cette semaine avec quelques critiques sur les nouveautés en format numérique.

- Camille Claudel, 1915 (Bruno Dumont)

1915. Internée depuis trois ans par sa famille dans un asile du sud de la France, Camille Claudel attend la visite imminente de son frère Paul...

Vingt-cinq ans après le drame biographique fleuve de Bruno Nuytten, le réalisateur Bruno Dumont (L'humanité, Hors Satan) se consacre sur quelques jours dans la vie recluse de Camille Claudel. En s'inspirant librement des correspondances et de la relation entre la sculptrice et son frère écrivain (Paul Claudel), le réalisateur livre une réflexion pertinente et intéressante sur le Bien et le Mal et la place de Dieu dans ce monde accablant de souffrance. Alors que Camille se réfugie dans la prière afin de parer à la folie qui la guette et d'espérer regagner son studio à Paris, son frère Paul (qui arrive tardivement dans l'intrigue) qui se révèle un être chimérique en proie à ses propres démons. Avec ce sixième long métrage de fiction, cet ex-enseignant en philosophe livre un autre film austère, difficile et exigeant où il dresse un portrait peu éloquent du milieu psychiatrique (avec son approche documentariste malaisante) et où il filme avec insistance ces véritables malades mentales qui occupent l'écran au côté d'une Juliette Binoche profondément investie dans son rôle.

À voir, si vous avez aimé : Camille Claudel et Hadewijch

Cote : ***1/2 sur 5

- Cherchez Hortense (Pascal Bonitzer)

Un professeur de civilisation chinoise se voit entraîné par sa femme dans une mission hasardeuse afin d'éviter l'expulsion du pays d'une amie croate...

Quel plaisir de retrouver Jean-Pierre Bacri dans le rôle d'un mal aimé enlisé dans une routine empreinte de lassitude! C'est d'ailleurs entièrement sur ses épaules que repose cette comédie de moeurs fort agréable. Cette mission « hasardeuse » entraîne ce dernier dans une spirale empreinte d'un mensonge familial sur sa vie. Si la tournure des événements s'avère parfois superficielle, il n'en demeure pas moins qu'on assiste à une comédie dramatique intelligente et pétillante qui aborde plusieurs thèmes actuels (l'expulsion des sans-papiers) et graves (l'identité sexuelle de même que la relation houleuse père/fils)sur un ton ludique et rafraîchissant. Au côté d'un Bacri bougon et émouvant, le reste de la distribution tire également son épingle du jeu.

À voir, si vous avez aimé : Les invités de mon père et Rien sur Robert

Cote : ***1/2 sur 5

- Man of Tai Chi (Keanu Reeves)

Afin de sauver de la démolition du temple où il s'entraîne, un expert en arts martiaux accepte de participer à des combats illégaux organisés par un promoteur sans scrupules...

Pour sa première réalisation, Keanu Reeves s'est entouré des meilleurs (dont le grand Yuen Woo-ping à la chorégraphie des combats) afin de s'assurer de livrer un film d'arts martiaux à la hauteur. Il est regrettable toutefois que le scénario soit aussi simpliste et qu'il ne s'élève nullement au-dessus d'une honnête série B qui met en valeur la virtuosité des combattants ainsi que la philosophie du Tai Chi. Dans le rôle principal, le nouveau venu Tiger Chen Hu impressionne par sa souplesse et son agilité et les scènes de combats sont habilement chorégraphiées. Keanu s'est octroyé le rôle du méchant de service et il traîne son air patibulaire de façon aussi monolithique que mécanique.

À voir, si vous avez aimé : The Circuit et Kickboxer

Cote : **1/2 sur 5

- Sightseers(Ben Wheatley)

Les premières vacances entre une jeune femme et son nouvel amoureux prennent une tournure inhabituelle...

Le jeune réalisateur anglais Ben Wheatley (le cultissime Kill List) réussit un véritable tour de force avec ce joyau d'humour (très)noir et de violence saugrenue. Ce mélange détonnant de réalisme sanglant et d'humour truculent et méchant contraste avec l'aspect road movie d'un couple amoureux en vacances dans la contrée britannique. C'est dans ces contrastes (et le second degré) que ce film puise son inspiration au travers de ce couple mal assorti; un duo néanmoins atypique, attachant et menaçant. La réalisation et les cadrages sont très soignés et l'interprétation très colorée.

À voir, si vous avez aimé : Bernie et The Honeymoon Killers

Cote : **** sur 5

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo
Les films à l'affiche, semaine du 6 décembre 2013
Voyez les images

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.