LES BLOGUES
24/03/2017 09:03 EDT | Actualisé 24/03/2017 09:03 EDT

Un budget qui prend le pari des jeunes et de l'innovation

Pendant la relâche, Isabella a fait de l'ingénierie.

Des bénévoles de Tru Grit Engineering lui ont montré, ainsi qu'à d'autres membres du Repaire jeunesse de Thunder Bay, à fabriquer des voitures jouets. Sur le plan technique, ils se sont initiés à la résolution de problèmes, à la physique de la propulsion, à la mécanique et aux mathématiques. Mais Isabella a résumé le tout bien plus simplement: «J'ai adoré ça parce que c'était vraiment l'fun!»

C'est le genre d'histoire qui personnalise les colonnes de chiffres du budget fédéral 2017 et qui souligne un incroyable investissement de 50 millions sur deux ans pour enseigner aux enfants à coder. C'est un énorme coup de pouce qui aidera les jeunes à développer les compétences et la créativité requises pour entrer dans la course de l'innovation mondiale et prendre la tête.

Je suis heureux de voir que le gouvernement soit déterminé à promouvoir les compétences numériques chez les jeunes et à accroître la diversité dans les sciences, la technologie, l'ingénierie et les mathématiques (STIM).

En deux mots, l'éducation dans le domaine des STIM est cruciale pour la réussite future des jeunes. Il y a présentement une pénurie de filles, de nouveaux arrivants, d'Autochtones et de jeunes à faible revenu parmi les étudiants intéressés par ces matières. Cette inégalité des chances coûte cher à la société.

Tout le monde en profiterait si les jeunes sous-représentés avaient un meilleur accès aux STIM. Il y a heureusement bien des moyens de renforcer l'acquisition de compétences et de créer des parcours professionnels dans les STIM pour ceux et celles qui risquent de traîner de l'arrière.

Le fait d'introduire les compétences numériques et le codage très tôt dans la vie stimule l'intérêt des enfants pour les sciences, la technologie, l'ingénierie et les maths. La recherche démontre aussi qu'intégrer les arts aux programmes d'apprentissage des STIM agit comme un tremplin pour les jeunes sous-représentés. L'ajout des arts stimule la motivation pour tous les types d'apprenants et offre un éventail de possibilités de communication et d'expression.

Les programmes informels de STIAM (STIM + arts) renforcent la créativité et incitent les enfants et les jeunes à développer de meilleures compétences pratiques et des liens plus solides avec la collectivité. Ces programmes donnent aussi aux jeunes l'occasion d'expérimenter - une leçon précieuse sur l'importance d'essayer, d'échouer et d'essayer encore.

Les programmes extrascolaires qui permettent aux jeunes à risque de trouver d'autres moyens de réussir leur donnent confiance en eux, ce qui a souvent pour effet d'améliorer leurs résultats scolaires.

Les Repaires jeunesse initient les enfants aux compétences informatiques dès l'âge de cinq ans. Au fur et à mesure de leur apprentissage, les jeunes s'attaquent à des défis plus ambitieux - conception web, photographie numérique et réalisation de films. C'est un moyen fantastique de susciter des vocations!

La création de robots en LEGO, la maîtrise de jeux mathématiques et la conception de jeux vidéos rendent aussi les matières des STIM plus accessibles aux jeunes ayant des difficultés scolaires. Les programmes extrascolaires qui permettent aux jeunes à risque de trouver d'autres moyens de réussir leur donnent confiance en eux, ce qui a souvent pour effet d'améliorer leurs résultats scolaires.

Vous n'avez pas à me croire sur parole. Une jeune qui participe à un programme STIM dans un de nos Repaires jeunesse l'a dit bien mieux que moi : « Je suis chanceuse, parce que ce n'est pas tout le monde qui a la chance de faire ce genre d'activités. Le but, c'est de découvrir ce que font les ingénieurs pour qu'une fois plus vieux, on puisse choisir n'importe quel travail qui nous intéresse. 

En consacrant des fonds à la promotion des STIM et à l'apprentissage des compétences numériques, le budget fédéral 2017 nous donne les moyens de rejoindre les filles, les enfants autochtones, les enfants des nouveaux arrivants et les enfants de familles à faible revenu afin de remédier au manque de diversité dans le domaine des STIM.

C'est une occasion de préparer les jeunes à maîtriser les compétences du 21e siècle et de former des esprits solides et créatifs. Et ça, c'est bon pour nous tous.

LIRE AUSSI:

» Transport collectif: Justin Trudeau justifie l'abolition du crédit d'impôt

» Budget fédéral: «rien pour Québec»

» Budget Morneau: le Québec se montre «extrêmement déçu et préoccupé»


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter