LES BLOGUES
28/08/2016 07:34 EDT | Actualisé 28/08/2016 07:34 EDT

Pourquoi Stefan Zweig fascine-t-il toujours autant?

Chaque fois que le nom de Stefan Zweig apparaît, le succès est assuré. Tentons de comprendre les 10 raisons qui expliquent une postérité si heureuse.

Chaque fois que le nom de Stefan Zweig apparaît, le succès est assuré. Une réédition? Tout de suite en tête des ventes. Une pièce de théâtre (on ne compte plus les adaptations de « 24 heures de la vie d'une femme » ou « Lettre d'une inconnue »)? Le public plébiscite. Un livre inspiré de la vie de l'écrivain autrichien? Les lecteurs se précipitent, témoin l'émouvant « Les derniers jours de Stefan Zweig » de Laurent Seksik qui a dépassé les 100.000 exemplaires l'année de sa sortie en 2011. Un film sur lui ou à partir d'une de ses œuvres? La fascination se poursuit et les spectateurs accourent. Tel est le cas du dernier en date, « Adieu l'Europe », film de Maria Schrader avec Josef Hader, Barbara Sukowa et Aenne Schwarz, qui revient sur la dernière séquence de la vie de Stefan Zweig.

Comment expliquer que celui qui a su si bien parler de l'ombre a toujours, y compris de son vivant, attiré la lumière?

L'interprétation de Josef Hader est très convaincante, le film réaliste juste ce qu'il faut, laissant planer le doute sur le mystère Zweig. Car il existe un mystère Zweig. Comment expliquer que celui qui a su si bien parler de l'ombre au point d'être rattrapé par sa propre obscurité a toujours, y compris de son vivant, attiré la lumière?

Abonné à la reconnaissance du public, il a connu la gloire très tôt. Ses amitiés aussi furent le reflet de son éclectisme rassembleur: de Sigmund Freud, à Romain Rolland, en passant par Joseph Roth, Emile Verhaeren ou Georges Bernanos... Symbole d'un siècle moribond, d'un temps qui s'en va idéalisé et d'un siècle qui s'en vient désenchanté, Stefan Zweig s'en est allé porté par les ailes de son suicide, figeant à jamais la plénitude de sa mémoire. Tentons de comprendre les 10 raisons qui expliquent une postérité si heureuse.

1/Il parle aux femmes

Stefan Zweig est un écrivain qui aimait les femmes. Pas seulement pour sa vie amoureuse. Il avait compris l'importance croissante des femmes dans la société, leur inextricable malaise à n'être « rien », et leur incroyable puissance à affronter leurs rêves. Mieux que ses contemporains, il a su les comprendre et se mettre à leur place. « Lettre d'une inconnue », « 24 heures de la vie d'une femme », « La confusion des sentiments », ou encore « Ivresse de la métamorphose » sont autant de partitions sur la femme. La gent féminine le lui rend bien. Les lectrices sont séduites. Elles plébiscitent une œuvre qui leur parle aussi d'elles.

2/ Il fait preuve d'empathie

Stefan Zweig a consacré l'empathie et le lyrisme en littérature. On dirait qu'il ne résiste pas à ses personnages, reflet de ses propres émotions. L'écrivain assume cette fusion émotionnelle, au point de gommer tout le reste. Y compris lorsqu'il s'essaie à la biographie, il ne peut s'empêcher de jouer de la « subjectivité lyrique ». Une posture qui s'est accrue tout au long du XXe siècle, mais qui n'était pas légion à la fin du XIXe siècle et au début du XXe. Au contraire, le romancier se devait de s'effacer dans un rôle de conteur d'histoires sans complaisance. En ce sens Thomas Mann, dont va sortir une nouvelle traduction de « La Montagne magique » est à l'opposé de l'écrivain autrichien. Zweig-Mann: deux faces d'une littérature dont le curseur est à l'opposé: émotion sensible contre démonstration érudite. Zweig a choisi de plonger dans le torrent des émotions et y a trouvé un infini palpitant.

3/ Il est tragic-chic

Pas de happy end avec Zweig. Mais une noirceur toujours parée d'élégance. Le tragique avec tenue. La mélancolie est belle et l'échec n'est jamais coupable. Les héros de Zweig épousent un destin qui les dépasse. Il leur est rassurant de savoir que le malheur est une acceptation plus douce que la lutte pour un bonheur impossible. Cette posture parle à tous ceux (et celles) qui succombent avec panache à cette sensation de l'« impossibilité de vivre ». Comme l'écrira Stefan Zweig: « seuls les moments de crise comptent dans l'histoire d'une vie. » La société moderne qui a placé au sommet de sa consommation, l'ingestion d'antidépresseurs et d'anxiolytiques ne peut qu'apprécier une telle valorisation du désespoir.

4/Il est le roi de la romance

Post-romantique? Passionné? Désespéré? Amoureux transi ?Stefan Zweig est un peu tout cela et c'est ainsi que dans ses livres, il ose les passions dévorantes. « Les feux de l'amour » avant l'heure à la sauce « Sécession viennoise »? Certains de ses détracteurs le lui reprochent. Ce serait méconnaître la complexité de Zweig que de le réduire à une écriture sentimentale. Oui, il ose parler d'histoires d'amour et de romances tragiques, mais il sait aussi composer ce « je ne sais quoi » qui fait que ses héros laissent une trace à jamais indélébile dans la mémoire. Difficile à expliquer. Peut-être parce que la plupart de ses histoires d'amour finissent mal en général. Comme le dit la chanson. Et comme le pensent désormais la plupart de nos contemporains. Zweig est sentimental certes, mais pas idéaliste. Il a osé affirmer la non-pérennité de la relation amoureuse, comme principe. Tout en assumant de se brûler aux flammes de la passion.

5/ Il explore l'inconscient et les désirs inavouables

Faisant siennes les théories de son compatriote Sigmund Freud , Zweig a compris combien l'être humain est complexe et paradoxal. Il a observé que ses actes sont souvent portés par une part qui lui échappe, ce qui va à l'encontre de l'idéologie de la conscience souveraine. Zweig a trouvé que les ressorts profonds sont souvent inavouables, mais qu'ils influent sur le destin de chacun, à son insu parfois. Le romancier s'est fait un plaisir de placer les projecteurs vers les sous-terrains de l'âme. À notre époque du « Tout au désir », cette vision d'une psychologie portée par ses courants contraires fait figure de miroir d'une étonnante modernité.

6/Ses textes adoptent le format court

Les formats de récits de Stefan Zweig se rapprochent le plus souvent de celui de la nouvelle. Des textes souvent courts et fluides, adaptés à une lecture moderne. La « longue » littérature exige une concentration qui fait défaut aux hommes et femmes pressés d'aujourd'hui. Une qualité pour la société moderne, qui a même accordé le prix Nobel de littérature à une spécialiste de la nouvelle, Alice Munroe. Pourtant, c'est cette qualité qui lui a été reprochée par ses détracteurs qui jugent ses textes trop « légers ». Des récits-esquisses, qui suggèrent plus qu'ils ne démontrent. C'est ainsi que comme dans des pantoufles le lecteur se glisse dedans, en projetant son propre imaginaire. Version light et intense.

7/ Son style est direct et presque désinvolte

Contrairement à ses contemporains comme Thomas Mann, Rainer Rilke, Joseph Roth ou Robert Musil qui trouvaient que le style de Zweig manquait d'élégance, les lecteurs d'aujourd'hui apprécient ce ton presque parlé, qui favorise un lien direct. Le lecteur a l'impression que le texte lui est raconté au fil de la confidence. Stefan Zweig ne cherche pas l'effet de manche. Au contraire, ses mots se lisent comme ils se disent. Rien d'étonnant à ce que plusieurs de ses livres aient fait l'objet d'adaptations théâtrales ou cinématographiques. La phrase se donne sans effort et le souvenir persiste sans crier gare. Signe que le style ne manque pas d'efficacité.

8/Il est le témoin d'un monde qui bascule

Entre le monde d'hier et le monde qui se transforme, Stefan Zweig a mieux que quiconque pris la mesure de la bascule des civilisations. Le sens du non-retour et de la perte. Juif « par hasard » - « Ma mère et mon père étaient juifs par le hasard de leur naissance », écrira-t-il, Stefan Zweig était avant tout un humaniste pacifiste et universaliste. Très tôt, il a compris, non seulement la barbarie du nazisme, mais son signal de destruction profonde de toutes valeurs du monde. Comment continuer à croire en l'Homme après « cela »? Zweig convoque la nostalgie d'un âge d'or et une méfiance vis-à-vis de tous les prophètes du renouveau. En ce sens il a été visionnaire des effets délétères de la pensée totalitaire. Et aujourd'hui encore, sa vision montre combien il est important de défendre l'héritage des Lumières.

9/Il incarne la nostalgie d'une Europe glorieuse

Dans « Le Monde d'hier. Souvenirs d'un Européen », Stefan Zweig écrit: « Né en 1881 dans un grand et puissant empire [...], il m'a fallu le quitter comme un criminel. Mon œuvre littéraire, dans sa langue originale, a été réduite en cendres. Étranger partout, l'Europe est perdue pour moi... J'ai été le témoin de la plus effroyable défaite de la raison [...]. Cette pestilence des pestilences, le nationalisme, a empoisonné la fleur de notre culture européenne. »

Fragilisé par la Première Guerre mondiale, il est détruit par la Seconde et ne cessera d'évoquer cet « âge d'or » d'une Europe, dont il n'a pu supporter la désintégration. Une Europe fondée sur la suprématie de sa culture. Alors que notre époque est en proie à une crise de civilisation au moins aussi grande que celle qui a agité les années 30, que l'Union européenne traverse une crise grave, la nostalgie de Stefan Zweig pour le siècle de l'harmonie des peuples en Europe, résonne avec une sonorité particulière. Une Europe par-delà les identités particulières de chacun.

10/ Il s'est suicidé

La tragédie appliquée à lui-même. Réfugié au Brésil, après un exil commencé dès 1934 par l'Angleterre, Stefan Zweig ne survivra pas à son errance. Son suicide rend sa mémoire éternelle, figée dans un éclat. Le 22 février 1942, à 60 ans avec sa jeune secrétaire Lotte devenue sa compagne, un mois après la conférence de Wannsee organisant la « solution finale », Stefan Zweig met fin à ses jours. Après avoir terminé la rédaction du « Joueur d'échecs » qui sera publié à titre posthume et en laissant une lettre d'adieu explicite. L'écrivain mort, sa légende a commencé.

>A voir au cinéma : "Adieu l'Europe" de Maria Schrader avec Josef Hader, Barbara Sukowa, Aenne Schwarz, qui revient sur les derniers jours de Stefan Zweig.

Cet article a été publié précédemment dans http://www.viabooks.fr/

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

  • Un roman d'amour pour vibrer: Belle du Seigneur d'Albert Cohen
    Un roman d'amour pour vibrer: Belle du Seigneur d'Albert Cohen
    DR
    Troisième volet d'une tétralogie commencée en 1935, Belle du Seigneur est le récit d'une passion flamboyante qui peu à peu perd de sa superbe entre Solal des Solal (oui, c'est bien son nom) et Ariane d'Auble, une jeune femme déjà mariée. Souvent qualifié de chef d'oeuvre absolu, ce roman décrit comme jamais le cheminement des sentiments amoureux, de la période de séduction en passant par la passion dévorante et l'ennui qui s'installe inéluctablement.

    Editions Folio, prix: 12,40 euros
  • Un roman d'anticipation pour flipper: 1984 de George Orwell
    Un roman d'anticipation pour flipper: 1984 de George Orwell
    DR
    Dès 1949, George Orwell réussissait à faire frémir de peur ses lecteurs grâce à la société imaginaire et dark dépeinte dans son roman 1984. Le romancier y décrit une Grande-Bretagne bouffée par un régime totalitaire inspiré du nazisme et du stalinisme. Entre les mensonges du Parti Extérieur, l'amnésie sélective des habitants et la négation des sentiments, Winston Smith, 39 ans, fait tout ce qu'il peut pour dissimuler ses opinions contestataires. Mais sa rencontre avec la belle Julia va lui faire croire qu'un soulèvement est possible... Entre dystopie et science-fiction, 1984 continue de faire froid dans le dos, plus de 65 ans après sa publication.

    Editions Folio, prix: 8,50 euros
  • Un polar pour frémir: Le Dahlia Noir de James Ellroy
    Un polar pour frémir: Le Dahlia Noir de James Ellroy
    DR
    Attention, thriller culte. Paru en 1987, ce roman policier s'inspire d'un célèbre fait divers : l'assassinat d'Elizabeth Ann Short, une aspirante actrice de 22 ans, retrouvée dans un terrain vague de Los Angeles le corps affreusement mutilé. A ce meurtre jamais élucidé, James Ellroy mêle deux enquêteurs fictionnels, Bucky et Lee. Dur, violent, parfois sadique, Le Dahlia Noir n'est pas qu'un simple roman policier, c'est avant tout une oeuvre qui érige la ville de L.A. en véritable héroïne.

    Editions Rivage Noir, prix: 9,65 euros
  • Un livre féministe pour réfléchir: La cause des femmes de Gisèle Halimi
    Un livre féministe pour réfléchir: La cause des femmes de Gisèle Halimi
    DR
    Cet ouvrage est essentiel pour comprendre l'émancipation des femmes en France. Il relate le procès de Bobigny en 1972 durant lequel cinq femmes comparaissaient pour avortement et complicité d'avortement. Marie-Claire, 16 ans, était au centre du procès. Violée par un garçon de son lycée, elle avait eu recours à l'IVG avec la complicité de sa mère et d'amies à elle. Ce livre donne la parole à la jeune fille ainsi qu'à Gisèle Halimi, l'avocate des cinq femmes et féministe engagée. Le procès de Bobigny contribua à la dépénalisation de l'avortement. Un livre toujours important alors que la loi Veil fêtait récemment ses 40 ans.

    Editions Folio, prix: 9 euros
  • Un recueil de lettres pour s'émouvoir: Lettres à Fanny de John Keats
    Un recueil de lettres pour s'émouvoir: Lettres à Fanny de John Keats
    DR
    Poète emblématique du romantisme anglais, John Keats s'éprend un jour de la fille de ses nouveaux voisins, Fanny Brawne. Les deux jeunes gens vivront une passion dévorante mais difficile car hantée par la maladie du poète. Ce recueil met en lumière 37 lettres écrites durant les deux dernières années de la vie de John Keats, emporté par la tuberculose à seulement 25 ans et à des kilomètres de son amour. Teintée d'une poésie pure et vulnérable, cette correspondance doit se savourer avec la plus grande délicatesse.

    Editions Rivages poche, prix: 7,65 euros
  • Un livre franchement drôle pour rire : Pourquoi j'ai mangé mon père de Roy Lewis
    Un livre franchement drôle pour rire : Pourquoi j'ai mangé mon père de Roy Lewis
    DR
    C'est en 1960 que le Britannique Roy Lewis publie ce roman désopilant et réjouissant. Ernest, un jeune homme préhistorique du Pléistocène moyen raconte les aventures de sa famille, et surtout de son père, Edouard, un inventeur. Toujours à l'affût de nouvelles idées, il invente le feu et même l'arc. Mais entre ceux qui veulent évoluer et ceux qui ont peur du changement, les situations cocasses vont s'enchaîner à une allure folle. Un livre décalé, où notre société moderne se voit projeter chez nos ancêtres préhistoriques.

    Editions Pocket, prix: 4,90 euros

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter