LES BLOGUES
05/02/2017 09:13 EST | Actualisé 05/02/2017 09:13 EST

Message à mon Québec meurtri: première partie

Il serait injuste de faire payer à l'islam et aux musulmans modérés les dérives, les crimes et la barbarie de l'islamisme radical et des islamistes intégristes. Malheureusement, c'est ce qui vient de se passer à Québec.

Mon premier message est destiné à mes frères de la communauté musulmane, meurtris et martyrisés, particulièrement aux jeunes parmi eux. Il faut saluer votre calme, votre courage et votre résistance à la tentation de la haine. Six des nôtres manquent à l'appel aujourd'hui. Certes, c'est injuste, mais vous avez bien compris que la tentation de la vengeance est aussi aveugle que la barbarie qui a fauché leurs vies. Toute notre nation québécoise, par sa richesse et sa diversité, est derrière nous. Nous vivons dans une démocratie où la liberté d'expression est une valeur garantie pour tous les citoyens. Utilisez-la pour exprimer votre colère, mais continuez à éviter de tomber dans le piège du discours haineux que ces criminels vous ont tendu par cet acte de pure barbarie. C'est la meilleure réponse pour discréditer les marchands de peur qui cherchent à nous coller l'étiquette de terroriste sur le dos.

Nous sommes condamnés à être des coupables par association même si nous réprouvons la violence sous toutes ces formes.

Le Québec vous appartient. Le Canada vous appartient. Et comme l'ont dit nos deux premiers ministres, vous leur appartenez aussi. Votre citoyenneté n'est pas un sujet de marchandage. Elle n'est pas matière à négociation. Il faut l'exercer jusqu'au bout par les mécanismes légitimes de l'État de droit. Ainsi votre voix sera écoutée et votre message sera considéré. Je ne prétends pas vous représenter, je n'ai jamais prétendu avoir cet honneur et je ne le prétendrai jamais. Mais mon double statut d'universitaire et de membre de notre communauté m'impose des devoirs que je dois honorer. L'histoire nous a mis dans cette position insoutenable. Nous sommes souvent doublement meurtris. Bien que le terrorisme nous frappe et frappe nos peuples et nos pays d'origine au quotidien, nous sommes toujours montrés du doigt et invités à rendre compte de crimes que nous n'avons pas commis. Nous sommes condamnés à être des coupables par association même si nous réprouvons la violence sous toutes ces formes et nous la condamnons sans aucune réserve ni hésitation. Nous n'avons pas choisi ce destin. Il nous a été imposé par un choc titanesque de radicalismes qui nous dépassent. Nous devrions l'affronter avec courage et sérénité. Nous n'avons pas le choix de continuer. Il y a va de notre avenir et de celui de nos enfants.

Mon deuxième message est destiné à nos concitoyens québécois de toutes les autres communautés. La tragédie de Québec est une preuve de plus qu'il est grand temps de réhumaniser vos concitoyens de confession musulmane. Le conditionnement psychosocial que vous subissez au quotidien de la part d'une partie irresponsable de l'intelligentsia québécoise vous a emmené inconsciemment à déshumaniser les musulmans. Par leur incapacité de faire la différence entre islam et islamisme, ces marchands de peur ont fini par vous convaincre que votre voisin de palier de confession musulmane est votre ennemi. Ce conditionnement politico-social manipulateur et usant de la désinformation a détourné la liberté d'expression pour atteindre le niveau de lavage de cerveau à un point tel qu'il n'est plus possible, pour beaucoup de Québécois, de penser qu'un musulman est avant tout un être humain comme les autres. C'est un être humain comme vous, sensible à la joie comme à la tristesse. Il vit son quotidien comme vous le faites. Il travaille au quotidien pour faire vivre sa famille comme vous le faites. Il aime ses enfants comme vous aimez les vôtres. Ne lui faites pas porter la responsabilité d'un gigantesque conflit qui le dépasse comme il vous dépasse vous aussi, d'ailleurs. L'écrasante majorité des musulmans se sont réfugiés au Québec et au Canada par choix, à la recherche de protection. Il faut reconnaitre que malgré plusieurs incidents de parcours, les deux l'ont généreusement fait. Nous sommes aujourd'hui reconnaissants au Québec et au Canada de nous avoir sauvés de dictatures qui ont brisé nos vies, et de conflits qui ont décimé certains de nos pays d'origine. Personnellement, je dois aux universités québécoises (UQAM et Université de Montréal) et au Québec le statut que j'ai aujourd'hui à l'Université d'Ottawa. Avant mon installation au Québec, j'étais un homme persécuté par une des pires dictatures des temps modernes. Grâce au Québec et au Canada, je suis aujourd'hui un homme libre. C'est pour cette raison que j'avais le cœur brisé quand j'ai entendu cette petite fille musulmane de Toronto sur Radio-Canada dire en pleurant au journaliste que désormais elle a peur parce qu'il y a au Canada des gens qui détestent les membres de sa communauté et qui veulent les tuer.

Dans l'ensemble, les musulmans comprennent parfaitement l'insécurité identitaire des Québécois. L'islam n'est pas une menace à l'identité québécoise. L'islamisme l'est sans doute. Mais dans tous les cas, il serait injuste de faire payer à l'islam et aux musulmans modérés les dérives, les crimes et la barbarie de l'islamisme radical et des islamistes intégristes. Malheureusement, c'est ce qui vient de se passer à Québec.

Il faut faire attention quand on utilise certains mots et certains concepts. En manipulant les insécurités identitaires des Québécois, parfois intentionnellement et parfois sans s'en rendre compte, une partie de la classe politico-médiatique québécoise a fini par construire les musulmans comme ennemis, à travers un concept construit et érigé comme une réalité indiscutable : l'islamisation du Québec. Un concept adopté, diffusé, et repris comme une évidence sans pourtant que sa validité soit vérifiée dans les faits. Le Québec a résisté à cinq siècles d'anglicisation. Il continue d'ailleurs à se battre courageusement pour ne pas perdre son identité. Il est illogique, voire contre nature, qu'il soit menacé par quelques dizaines de milliers de musulmans dont l'écrasante majorité réprouve l'islamisme et le condamne fermement. Quant à ceux qui accusent les musulmans d'être silencieux face aux crimes de l'islamisme, ils sont dans le tort à deux niveaux.

Premièrement, par de telles attitudes aussi déterministes, ils insultent les sacrifices des musulmans qui se battent tous les jours contre l'intégrisme islamiste, aux dépens de leur vie.

Deuxièmement, par de tels énoncés simplistes, ils chargent les musulmans d'ici d'une mission qui dépasse leurs capacités. Les promoteurs de ce type de discours attendent des musulmans, qui arrivent à peine à faire vivre leurs familles, qu'ils se dressent tout seuls, sans aucun soutien, face à l'alliance puissante entre le capitalisme mondial et l'islamofascisme global (USA-Arabie Saoudite). Au lieu de demander à votre voisin de palier musulman de se battre contre l'intégrisme islamiste, commençons ensemble par demander à nos démocraties occidentales de déclarer les pays qui le soutiennent et le financent comme des États terroristes. Ces pays n'ont jamais été inquiétés par les puissances occidentales. Pire encore, ces dernières continuent à les soutenir, à les protéger et les armer, tout en sachant très bien qu'ils font la promotion du djihadisme et qu'ils financent la propagation de sa vision haineuse du monde.

La source de ces malheurs qui frappent le Québec aujourd'hui est cette terrible confusion, qui est devenue criminelle maintenant, entre l'islam et l'islamisme. Pour construire la paix chez nous, il faut éduquer la population à ne plus faire cet amalgame dangereux. L'attentat de Québec a démontré que cet amalgame ne relève plus uniquement de la violence verbale. Il est devenu un terrorisme réel.

Sans minimiser le danger de l'islamisme, il faut souligner que ces femmes et ces hommes musulmans travaillent à tous les jours avec le reste de notre population québécoise pour l'épanouissement et le développement du Québec. La plupart d'entre eux et elles sont des citoyens modèles. Ils ne demandent pas plus de droits que les autres. S'il y a parmi eux des individus isolés qui sont porteurs d'idéologies dangereuses, il est injuste de considérer toutes les citoyennes et tous les citoyens de cette communauté comme responsables des discours et des gestes d'une minorité. Ils ne méritent pas d'être traités de la sorte. Notre collègue de l'Université Laval, le professeur Kahled Belkacemi, qui figure parmi les victimes, a consacré les dernières 15 années de sa vie à promouvoir la recherche scientifique dans une de nos plus grandes universités québécoises. Il a donné à son département une renommée internationale. Il a formé des générations de scientifiques québécois. Toute la communauté scientifique profite de ses travaux non seulement au Canada, mais partout dans le monde. Il a fui son Algérie natale pour que ses enfants ne vivent pas dans la terreur qu'ont imposée les intégristes islamistes aux Algériens pendant des années. Il s'est tourné vers le Québec pour vivre en sécurité. C'est un aveuglement du même type que celui qu'il a fui qui a fini par le tuer. Peut-on raisonnablement croire qu'un tel homme, avec une telle stature et un tel parcours, peut être un danger pour l'identité québécoise?

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Vigile à Québec à la mémoire des victimes de l'attentat Voyez les images