LES BLOGUES
26/04/2015 08:54 EDT | Actualisé 26/06/2015 05:12 EDT

Graffiti...de l'art au méfait (1/5)

Avec le printemps, les annonces d'opération de nettoyage de graffitis sont monnaie courante dans les différents médias montréalais. On parle beaucoup des coûts de ces opérations et des sanctions qui s'y rapportent. Mais il est parfois bien difficile, pour le grand public comme pour les artistes, de s'y retrouver dans tout ce discours.

Avec le printemps, les annonces d'opération de nettoyage de graffitis sont monnaie courante dans les différents médias montréalais. On parle beaucoup des coûts de ces opérations et des sanctions qui s'y rapportent. Mais il est parfois bien difficile, pour le grand public comme pour les artistes, de s'y retrouver dans tout ce discours.

Cet article est le premier d'une série de cinq sur la place du graffiti et de l'art de rue à Montréal.

1. Parce qu'il y a graffiti et graffiti...

2. Graffiti... le temporel et l'interprétation des lois.

3. Graffiti... du vandalisme à la revendication.

4. Quand l'art de rue se « conventionne ».

5. L'art de rue au service du citoyen.


1. Parce qu'il y a graffiti et graffiti...

L'art de rue peut prendre de multiples formes dans les rues de Montréal. Le caractère temporel de celles-ci est l'élément déterminant lorsqu'il s'agit de juger l'acte au niveau des lois canadiennes et municipales. Mais avant de se lancer dans les interprétations juridiques, il est bon de savoir les reconnaître ces différentes formes d'expression.

Le présent article se veut donc une introduction non exhaustive aux différentes déclinaisons de cet « art » que vous rencontrez quotidiennement au cours de vos déplacements ou déambulations urbaines.


FORMES NON PERMANENTES

On entend par non-permanent, un élément qui n'endommage pas la surface sur laquelle il est posé et qui s'enlève plus ou moins aisément.

A. L'auto-collantou « Sticker » ou « labels » ou « slap »

L'autocollant est facile à emporter, de faible coût et peut être déployé plus rapidement que d'autres formes d'art de rue. C'est pourquoi il est un des favoris dans les places publiques et les rues passantes. L'auto-collant peut prendre différentes formes :

Simple étiquette papier

Étiquette obtenue auprès de compagnies d'expédition, étiquette « my name is » ou autres étiquettes commerciales plus ou moins sophistiquées avec le tag ou un dessin de l'artiste fait à la main ou imprimé à partir d'une imprimante personnelle.

Futur Lasor Now (FLN)

Waxhead

MonoSourcil

Auto-collant plastifié ou vinyle

Forme plus « haut de gamme » -- résiste mieux à l'eau et au soleil, à partir de dessins personnalisés et imprimés mécaniquement par des compagnies spécialisées.

Swarm

Roc514

Turtle Cap

B.

L'affiche ou « paste » ou « wheatpaste »

Un dessin, pochoir, etc. sur papier fixé à un mur ou une autre surface en utilisant de la colle à papier peint ou une pâte faite maison.

2015-04-23-1429763568-3915362-MissMe.jpg

MissMe

What Is Adam (WIA)

Swarm

Kat

Stela

Stikki Peaches

C.

Le « crayonnage » -- type 1

Dessin fait rapidement à la craie ou au crayon de cire.

D. Kniffiti ou « Urban knitting » or « graffiti knitting »

Type d'art de rue qui emploie le crochet ou le tricot plutôt que la peinture ou de la craie. L'appellation provient du mot anglais « knitting » qui signifie tricoter.


1.

FORMES PERMANENTES

Élément qui endommage la surface sur laquelle il est posé et qui nécessite généralement des coûts pour être enlevé ou dissimulé.

A. Tag

Signature de l'artiste et forme de base du graffiti. Peut être utilisé seul ou sur une création artistique. Il existe plusieurs formes et styles de tags, certains pouvant être parfois très stylisés et complexes.

B. Pièce

Œuvre de dimension variable qui requiert généralement assez de travail. Elle peut représenter un tag ou avoir un aspect figuratif. Il existe plusieurs variantes et certaines demandent une grande dextérité dans le maniement de la bombe.

Axe

Une pièce peut parfois également être figurative.

Labrona

C. Le « crayonnage » -- type 2

Dessin fait rapidement au crayon à l'encre, au feutre et même parfois à la peinture.
D. Scratchiti

De l'anglais « Scratch » qui signifie égratignure. Il s'agit d'une signature laissée en rayant une surface -- le plus souvent un wagon de métro, un abribus, etc.

E. Pochoir ou « stencil »

Oeuvre fait à partie d'un modèle découpé dans lequel on peint généralement à la bombe. Cette technique, très utilisée en Europe, permet de reproduire plusieurs fois une même œuvre à partir du même modèle.

F. Murale et fresque

Œuvre de large dimension, normalement figurative, couvrant un mur ou une surface de bas en haut. Parce qu'ils nécessitent beaucoup de temps pour la réalisation, la plupart de ces ouvrages sont faits sur commande ou pendant les grands festivals comme Mural (en juin) et UnderPressure (en août).

G. Autres formes possibles

Ouvrages réalisés en plâtre, en bois, en mosaïque ou autres.

2015-04-23-1429769770-123183-WaxheadMileEnd1.JPG

Waxhead

Zenka


Pour en apprendre plus sur les sujets traités dans cet article, consultez le site « If Walls could talk MTL » ou suivez-nous sur notre page Facebook:

Notes : - toutes les œuvres figurant dans cet article ont été faites ou apposées dans un contexte urbain « non autorisé ».- toutes photos de cet article ont été prises à Montréal par l'auteur.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Art Souterrain 2015 en quelques images Voyez les images