uber quebec

Le gouvernement de François Legault pourrait devoir se défendre contre l'industrie du taxi dans le cadre d'un recours collectif.
Il veut passer plus de temps avec sa famille.
La multinationale veut trouver «une solution à long terme» avec le nouveau ministre André Fortin.
Le Québec ferait cavalier seul, selon la CAQ.
Le gouvernement serre la vis sur la sécurité et la formation.
Québec menace de résilier son projet pilote avec Uber s'il s'avère que la multinationale a tout fait pour échapper au fisc
Imaginez si l'industrie des voitures à chevaux avait pu convaincre nos dirigeants d'interdire la voiture, cette nouvelle technologie, parce qu'elle nuisait aux propriétaires de calèche.
En s'entendant avec Uber, le gouvernement a fait preuve d'ouverture et reconnaît qu'il existe d'autres modèles d'affaires à explorer dans le respect de nos lois et de nos règles fiscales.
L’entente conclue entre Québec et Uber comprend plusieurs frais qui s’ajouteront désormais à la facture de votre course. Si
Ce qui est spectaculaire, c'est de voir à quel point l'essence même de la loi 100, c'est-à-dire la préséance du permis de taxi (communément appelé le « médaillon ») sur toutes autres clauses, a été torpillée dans l'entente de dernière minute.