HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

travailleuses du sexe

Je ne dispose pas du statut lĂ©gal me permettant de prĂ©tendre Ă  l'aide proposĂ©e par le gouvernement. C’est comme si je n’existais plus.
Les déclarations anti-travailleuses du sexe, transphobes et islamophobes que nous avons vues sont déshumanisantes.
Nous avons tous besoin d’intimitĂ©. Et si le sexe n’est jamais un droit, plus de gens devraient savoir que les services des professionnels du sexe sont une option possible.
TEXTE COLLECTIF - Aujourd'hui et demain, MontrĂ©al accueille la 5e confĂ©rence de reconstitution des ressources du Fonds mondial contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Si les regards seront Ă  juste titre tournĂ©s vers les pays en dĂ©veloppement, nous pensons que la situation au Canada mĂ©rite d'ĂȘtre Ă©voquĂ©e.
Vigile du 17 décembre 2014 à Montréal, des travailleuses du sexe dénoncent en silence la violence dont certaines sont parfois
La Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux travailleuses et travailleurs du sexe fut lancée en 2003 afin d'honorer la mémoire de plus de 48 travailleuses du sexe assassinées par un prédateur meurtrier...
La loi qui prétend protéger les travailleuses et travailleurs du sexe se révÚle, pour eux, un piÚge mortel.
Ce n'est pas une question de décider si c'est bien ou mal de vendre des services sexuels. C'est une question de sécurité.
L'organisation qui prétend venir à la défense des personnes vulnérables isole les variables les plus idéalisées de la prostitution pour en normaliser son existence.
Le moralisme et la victimisation des femmes qui ont alimenté la ferveur des abolitionnistes pendant un siÚcle trouvent aujourd'hui leur limite.