HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

tania-longpre

Un court message publié sur Facebook par la ministre était truffé d'une quinzaine de fautes, pour la plupart concernant des rÚgles de français de base.
Au centre de ces élections, un projet de Charte des valeurs qui polarise les Québécois et enflamme réseaux sociaux et soupers de famille. La reprise en main du dossier identitaire au sein du PQ est tout à son honneur: en ramenant l'identité au centre de nos débats, la question nationale revient au premier plan. Quoi de plus identitaire que la création d'un nouveau pays?
Comme vous le savez peut-ĂȘtre, j'ai passĂ© les 35 derniers jours comme candidate du Parti quĂ©bĂ©cois dans le secteur Viau, chĂąteau fort libĂ©ral. Je profite donc de ce premier texte de blogue pour faire le bilan de ma campagne et de tout ce qui s'y est dĂ©roulĂ©.
Tania Longpré, enseignante en francisation des immigrants et blogueuse au Journal de Montréal, se présentera dans le comté
J'ai rencontrĂ© Tania LongprĂ©, qui a publiĂ© chez StankĂ© un petit essai intitulĂ© QuĂ©bec cherche QuĂ©bĂ©cois: comprendre les enjeux de l'immigration. Évidemment, tout ce qui touche la question de l'intĂ©gration des nouveaux arrivants est sujet Ă  la controverse. Ce livre ne fait Ă©videmment pas exception Ă  la rĂšgle.
Je nomme volontairement «Rapport Longpré», le livre d'une enseignante en francisation auprÚs des immigrants depuis 2007. Intitulé Québec cherche Québécois pour relation à long terme et plus - comprendre les enjeux de l'immigration, il est signé Tania Longpré. On y trouve plus de 30 recommandations concrÚtes trÚs pertinentes,
La culture, la cohésion sociale, voilà deux grandes oubliées dans le débat entourant la langue d'enseignement au collégial. Je constate une fois encore qu'au Québec, la question linguistique est un gros arbre qui cache bien d'autres dimensions de vie en société. Dans le cas particulier de l'intégration des immigrants, croire qu'il suffit de leur faire apprendre quelques rudiments de français pour les laisser à leur sort ensuite est un leurre.
L'intégration des immigrants à la société québécoise est un sujet tabou. Et pour cause : dÚs qu'une personne est en désaccord avec une autre, il lui suffit de traiter cette derniÚre de raciste pour mettre fin au débat. Cette forme de "point Godwin" à la sauce québécoise témoigne malheureusement de l'état de nos débats publics.
Alors que le gouvernement Marois a annoncé son intention de revoir certaines balises de la loi 101, une enseignante en francisation