HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

suicide-assiste

Si la mort est vendue comme une solution Ă  la souffrance et si le suicide est perçu d'un bon Ɠil quand c'est un mĂ©decin qui le provoque, la vraie question n'est pas tant de savoir pourquoi certains s'y opposent, mais « pourquoi dire oui aux uns, et non aux autres »?
Suivez-nous sur Twitter Abonnez-vous Ă  notre page sur Facebook Il suffit d'un mal de vivre, d'une maladie d'amour, d'une
Nous assistons peut-ĂȘtre Ă  la naissance d'une nouvelle forme de religion avec ses prĂȘtres nouveaux, promettant des morts paisibles avec leurs codes et leurs rites associĂ©s.
La symbolique véhiculée par la Nativité suggÚre une réflexion sur la fragilité et les façons de l'entourer. Elle insuffle le besoin de penser la vulnérabilité, la prudence et le bien commun. Il y a pléthore de moyens de le faire, mais en observant l'actualité entourant les législations (québécoise et canadienne) encadrant la fin de vie, comment ne pas y voir une reconfiguration emblématique des enjeux allégoriques de la crÚche?
Le gouvernement Trudeau a discrĂštement annoncĂ© qu’il a initiĂ© une rĂ©vision de sa loi sur l’aide mĂ©dicale Ă  mourir pour dĂ©terminer si elle devrait inclure les moins de 18 ans, entre autres.
Une députée conservatrice espÚre que son initiative va aider les Canadiens qui veulent vivre.
La question des funérailles catholiques aux personnes décédées par euthanasie ou suicide assisté ne saurait se résoudre par un refus catégorique ou une acceptation d'emblée.
De la légalisation de l'euthanasie et du suicide assisté surgissent deux problématiques distinctes, celle de la célébration du sacrement de l'onction des malades d'une part, et, d'autre part, celle de la célébration des funérailles.
Serge Pomerleau Frappé par la sclérose latérale amyotrophique (SLA), Serge Pomerleau avait annoncé ses intentions dÚs l'annonce
«Rio, c'est ma derniÚre volonté.»