HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

souffrance

En gardant ceci en tête, nous ne pouvons plus vraiment simplement affirmer que les gens sont égoïstes ou méchants. Notre façon de les juger se doit désormais d'évoluer.
Quiconque rejette le racisme, l'âgisme, le sexisme ou, surtout, le capacitisme devrait se méfier des critères souvent proposés pour justifier la recherche sur des animaux.
La souffrance est toujours porteuse d'un cadeau. Ce n'est pas quelque chose que nous pouvons comprendre pendant que nous sommes en plein dedans, mais tout se clarifie lorsque nous en sortons.
Bien que chaque femme vit à sa façon le diagnostic de cancer du sein et les traitements, certaines situations reviennent.
De la légalisation de l'euthanasie et du suicide assisté surgissent deux problématiques distinctes, celle de la célébration du sacrement de l'onction des malades d'une part, et, d'autre part, celle de la célébration des funérailles.
On cherche tous un équilibre. C'est la quête de l'humanité tout entière. Mais la recette du bonheur, c'est un peu pour soi et un peu pour les autres.
Ma mère était retournée aux soins palliatifs en début de semaine. Elle n'était plus gavée et ne consommait plus d'aliments, il ne lui restait plus que le sérum pour la maintenir en vie et cela ne durerait que quelques jours, «probablement moins d'une semaine» m'avait dit le médecin.
Le monde fait face à une catastrophe alimentaire permanente. Le monde a faim, très faim!
On nous conditionne sans cesse à souffrir de solitude. Il faut la trouver pénible. Malsaine. Quelque chose que le monde nous impose.
Une approche stricte ne saurait prendre en considération l'aspect le plus important de la question: la nature personnelle de la souffrance.