sondage-quebec

«Le train de l'indépendance part le 1er octobre 2018.»
Si les libéraux ne remontent pas dans l'électorat francophone, tous les partis pourront alors prétendre à ramasser leurs parts du gâteau et à viser le pouvoir.
Comme chaque fois que les fédéralistes se sont sentis «menacés», ils ont recouru à l'ensemble des outils dont ils disposent, éthiques ou pas, afin de combattre le fléau "séparatiste". La meilleure façon demeure la démobilisation.
Un sondage publié mardi par le quotidien montréalais anglophone The Gazette donne une majorité de deux sièges au Parti libéral
Publié samedi 5 avril à deux jours des élections, un sondage Léger Marketing reconfirme l'avance du Parti libéral du Québec
Il reste deux semaines d'une campagne marquée depuis le début par bien des rebondissements. Si l'expression n'avait pas été galvaudée par André Boisclair, on dirait que les chefs vont se présenter au débat de TVA le couteau entre les dents. Eh oui, il y a risque de blessure.
Voilà un phénomène que l'on observe depuis quelques années au Canada et au Québec: le scepticisme à l'égard des enquêtes d'opinion et des sondages que tous les médias publient, sans égards à leur validité scientifique ou statistique. Qu'on les aime ou pas, qu'ils soient source de réjouissance, d'indifférence ou de découragement, on ne peut ignorer l'effet que peuvent avoir les sondages sur l'opinion publique.
Québec - Tel un chat, Pauline Marois a peut-être plus d'une vie. La chef péquiste fait un bond spectaculaire dans les intentions