societes-detat

Les sociétés de la Couronne et les ministères fédéraux dépensent chaque année des dizaines de milliers de dollars au Rideau
QUÉBEC – Malgré son revenu dépassant les 428 000$ l’an dernier, le PDG de la SAQ, Alain Brunet, a réclamé plus de 50 000
D'un côté, nous avons nos sociétés d'État du vice, comme Loto-Québec et la SAQ, qui n'ont aucun problème avec le fait d'encourager des joueurs ou de fidéliser des consommateurs d'alcool avec toutes sortes d'ententes commerciales. De l'autre côté, permettre des ententes entre un dépanneur et une compagnie de tabac, sans même avoir de preuve que cette entente entraîne plus de tabagisme, ça, c'est non! Deux poids, deux mesures, vous dites?
En ce moment, l'État est à la fois un pourvoyeur de « vice » et un chantre de l'abstinence. Si le gouvernement sortait de cette industrie, il pourrait mieux allouer ses énergies à sa tâche contradictoire de combattre le jeu excessif.
QUÉBEC - L'an dernier, Le Huffington Post Québec publiait une liste des salaires des PDG des sociétés d'État. Dans cette
QUÉBEC - Le gouvernement Couillard étudie la possibilité de vendre des sociétés d'État. C'est ce que le ministre des Finances
Sans surprise, le patron de la Caisse de dépôt et placement du Québec arrive en tête du palmarès des PDG des sociétés d'État
La SAQ doit chercher à se renouveler. Les plus récents résultats démontrent clairement que les jours sont comptés pour la stratégie classique: augmenter les prix pour verser le dividende annuel, de plus en plus élevé, commandé par le ministre des Finances. Un mur financier guette la société d'État à moyen terme.
QUÉBEC - Les sociétés d'État devraient renoncer à diriger leurs cadres vers les cliniques privées pour obtenir des bilans