securite-publique

La porte-parole du ministre de la Sécurité publique Bill Blair, Mary-Liz Power, a déclaré que les Proud Boys faisaient partie de nombreux groupes haineux qui sont surveillés par le gouvernement.
Les demandes d’accès à l’information sont présentement la façon principale de rendre publics des documents relatifs à la sécurité.
Cette prolongation d’un autre mois a été annoncée vendredi par le ministre fédéral de la Sécurité publique, Bill Blair, et la ministre de la Santé, Patty Hajdu.
«Il est urgent, très urgent que nous ayons un organisme de surveillance civil», a déclaré l’ancienne présidente de l’Association des femmes autochtones du Canada.
M. Trudeau a expliqué mercredi à la radio que le gouvernement fondait son approche sur la science et les données probantes, en regardant la crise sous l’angle de la santé plutôt que l’angle judiciaire.
Dans un communiqué diffusé vendredi, le ministère a annoncé avoir ajouté ces directives dans le Guide des pratiques policières, pour que les différents services policiers se les approprient.
Les commissaires pourront ainsi convoquer des témoins et les contraindre à déposer sous serment ou à produire des documents.
La Société de sauvetage indiquait samedi avoir recensé 54 noyades cette année — une autre viendrait vraisemblablement s’ajouter —, par rapport à 37 à pareille date l’an dernier.
Selon eux, une enquête pourrait permettre d’identifier des signes avant-coureurs et aider à prévenir de telles tragédies.
Le rapport a entre autres signalé l’absence de près de 140 des 200 agents d’accueil qui devaient être déployés partout sur le parcours.