reseau-public-de-sante

En raison de l'interdiction des frais accessoires, certains médecins spécialistes entreprennent de se désaffilier du réseau
Il est plus facile de croire à la magie du privé, surtout si on n'a pas vécu l'époque d'avant l'assurance hospitalisation et l'assurance maladie.
Aujourd'hui, alors qu'ils n'ont plus besoin de chercher une clientèle et qu'ils sont payés rubis sur l'ongle, les médecins de famille ont l'occasion rêvée de reprendre leur rôle entrepreneurial et prendre en charge le contrôle de leur profession.
De plus en plus de voix prennent la défense de nos services sociaux.
En santé, les termes «public» et «privé» sont utilisés dans la plus grande confusion.
La santé, c'est plus que la médecine, c'est aussi social. Les conditions de santé dépendent d'abord des conditions de vie et de travail.
Le ministre gagnerait beaucoup à écouter les critiques et les acteurs du milieu de la santé au lieu de les ignorer ou de les faire taire. Le Québec aussi y gagnerait.
Il faut donc un coup de barre majeur. Il faut une vision nouvelle et un nouveau départ. Il faut véritablement transformer le système de santé, rebâtir le pont entre la RAMQ et le patient.
L'État devrait-il faire parvenir une facture à ceux qui ne se présentent pas à leur rendez-vous médicaux?
Avec les coupes en vigueur depuis septembre, beaucoup de pharmaciens propriétaires ne sont même plus capables de rembourser les prêts contractés à la banque pour acheter leur pharmacie.