HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

religions

Les premiers Ă  s'engager sur ce chemin sont les instruits : savants, Ă©rudits, libres penseurs, etc. Ils doivent initier le vrai rĂ©veil en incitant les autres musulmans Ă  ne plus Ă©couter et suivre les pseudo imams et autres exĂ©gĂštes qui prĂȘchent l'obscurantisme dans les medersas et les mosquĂ©es.
Le cours ÉCR vĂ©hicule une vision romantique et angĂ©lique des religions. Sans jugement critique, cet enseignement relĂšve plutĂŽt de l'endoctrinement Ă  la pensĂ©e religieuse, et ne peut prĂ©munir nos jeunes contre les dĂ©rives des fondamentalismes religieux.
Les rĂ©cits de vie orientĂ©e d'un chrĂ©tien et d'un athĂ©e ou d'un agnostique n'ont pas les mĂȘmes tenants et aboutissants.
On fait rarement la liste des crimes commis par le christianisme au cours des 20 derniers siĂšcles. La voici trĂšs succincte.
La symbolique véhiculée par la Nativité suggÚre une réflexion sur la fragilité et les façons de l'entourer. Elle insuffle le besoin de penser la vulnérabilité, la prudence et le bien commun. Il y a pléthore de moyens de le faire, mais en observant l'actualité entourant les législations (québécoise et canadienne) encadrant la fin de vie, comment ne pas y voir une reconfiguration emblématique des enjeux allégoriques de la crÚche?
Nous vivons une Ă©poque oĂč les mĂ©dias accordent une trop grande place aux discours extrĂ©mistes. Or il existe, et elles sont plus nombreuses qu'on le croit, des voix musulmanes qui tentent de faire prĂ©dominer un islam modĂ©rĂ©.
Il faut lire impérativement la Bible en collant au texte en ne cherchant aucun faux-fuyant. Toute tentative de chercher à lire autrement, c'est-à-dire intelligemment, le texte braqué sous nos yeux, constitue une esquive condamnable. Voilà la stratégie argumentative de Normand Rousseau dans son texte Pourquoi il faut lire la Bible au pied de la lettre. Il s'agit là cependant d'une forme du sophisme de la caricature.
S'il lit les Ă©vangiles au complet, le lecteur est dĂ©contenancĂ© par les deux personnalitĂ©s de JĂ©sus. Un JĂ©sus blanc qui prĂȘche l'amour du prochain et le pardon aux ennemis, la paix et la douceur. Puis le JĂ©sus noir qui prĂȘche la guerre, la violence, la vengeance, qui ne pardonne pas Ă  ses ennemis, qui justifie la torture, l'Inquisition et l'esclavage.
Nous approchons de la pĂ©riode de fĂȘtes hivernale et il est utile de s'interroger sur le sens qu'il faut donner Ă  la fĂȘte dans notre sociĂ©tĂ© de consommation moderne.
Lire intelligemment la Bible en ne la lisant pas au pied de la lettre, c'est se boucher les deux yeux pour ne pas voir toutes ses horreurs, tous ses crimes dont elle regorge. Au contraire, il faut bien ouvrir les yeux pour lire ce qui est réellement écrit et non pas y voir seulement ce qu'on souhaite qu'il soit écrit.