HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

referendum 1995

Il a appuyĂ© les souverainistes lors du rĂ©fĂ©rendum de 1995. Aujourd’hui, il veut prendre la tĂȘte d’un parti fĂ©dĂ©raliste et devenir le prochain premier ministre du Canada.
La course Ă  la chefferie du Parti quĂ©bĂ©cois n'a rĂ©cemment pas exposĂ© le meilleur cĂŽtĂ© du parti fondĂ© par RenĂ© LĂ©vesque ; crĂȘpage de chignon, petite politique et victimisation ont Ă©tĂ© les faits saillants de cette derniĂšre semaine.
Dans les rassemblements du Parti québécois, les militants imaginent, parlent et veulent agir pour l'indépendance. Dans les caucus de l'aile parlementaire et sur la place publique (dans les médias) les députés se comportent comme une opposition loyale de Sa Majesté, un gouvernement provincial en attente. C'est un phénomÚne de double personnalité dont le Parti québécois n'arrive pas à se défaire.
Remettre le Parti québécois au service de l'indépendance, comme le propose Martine Ouellet, ou le maintenir indéfiniment à l'enseigne du bon-gouvernementisme provincial, comme y tiennent ardemment les Lisée, Cloutier et St-Pierre Plamondon.
Ce qui importe, c'est de placer le plus vite possible les citoyens au cƓur de la dĂ©marche d'accession du QuĂ©bec Ă  l'indĂ©pendance...
Et si au lieu de se chercher un nouveau sauveur suite au départ de Pierre-Karl Péladeau, le PQ offrait aux Québécoises et aux Québécois tous les mécanismes dont ils ont besoin pour s'autodéterminer?
L'un des effets pervers de 40 années d'étapisme est la fausse croyance trÚs répandue qu'il serait impossible de réaliser l'indépendance de façon démocratique et d'obtenir une reconnaissance internationale sans passer par une victoire référendaire.
FĂȘter la Saint-Jean-Baptiste est un acte de rĂ©sistance. Y'a une nation qui vivote, qui tente de naĂźtre, qui peine Ă  garder la tĂȘte hors de l'eau... Y'a une nation Ă  qui on refuse son histoire, qu'on abĂątardit de gĂ©nĂ©ration en gĂ©nĂ©ration en la privant de ses fondements historiques.
Il devrait ĂȘtre facile de trouver dans les projets de sociĂ©tĂ© respectifs du PQ, de la CAQ et de QS, suffisamment de points de convergence pour les 4 prochaines annĂ©es.
La quĂȘte de l'indĂ©pendance via le PQ Ă©tait, Ă  l'origine, un moteur extraordinaire du dĂ©veloppement du QuĂ©bec. Elle est maintenant devenue le principal obstacle Ă  son avancement.