racisme-au-quebec

Parler de racisme au Québec laisse souvent entendre que le Québec est une société raciste, ce qui est une généralisation déplorable et inacceptable. Mais admettre que le racisme existe au Québec, sous ses différentes formes, est incontournable.
Au Québec, dès qu'on ose faire allusion au spectre du racisme, on vous accuse immédiatement de faire du «Québec bashing» ou de jouer à la victime.
Nous ne les voyons sur nos écrans qu'en temps de crise, par le biais de nouvelles qui ne sont jamais bonnes, ce qui ne fait qu'enfoncer l'image négative que nous en avons d'eux. Et ils le savent.
Dans un récent sondage, 20% des Québécois se déclarent plutôt racistes. On est bien en 2015. Mesurent-ils le sérieux de leurs déclarations?
La Charte des valeurs fait pousser les hauts cris aux fétichistes du voile islamique. Il y a gros à parier que les turbanophiles qui ont mené le Canada au bord de la crise nationale avec l'interdiction - maintenant levée - du turban de la Fédération québécoise de soccer prendront le relais avant que les juifs hassidiques ne défendent à leur tour avec véhémence leur particularités vestimentaires.
Les «activistes» antiracisme n'ont pas besoin de démontrer la justesse de leurs accusations ou même la logique derrière ces accusations, car ils prennent simultanément le rôle de procureur, de juge et de juré . Nul besoin de démontrer le fondement de leurs accusations, car celles-ci sont dévastatrices au point où la réaction maintenant spontanée dans notre société consiste à s'excuser, à demander pardon et finalement à dire qu'on a été mal compris.