HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

projet de loi 20

Voici trois jeunes médecins québécois. Trois jeunes qui pensaient travailler au Québec, proche de leurs familles et amis. Mais l'an passé, tout a chaviré. Ils sont maintenant urgentologues en Ontario.
Le projet de loi 20, qui met fin à la couverture publique de la procréation assistée, fait plusieurs victimes: les couples infertiles, les personnes seules voulant un enfant et les personnes homosexuelles.
L'objectif d'éliminer 1300 cadres dans le réseau de la santé du Québec d'ici 2018 est presque déjà atteint. Selon le ministre
Le mépris du Dr Barrette envers les médecins de famille ne cesse pas de m'étonner... le coup de grùce à 48h de la nouvelle année: on sort les médecins de famille des hÎpitaux.
C'est avec beaucoup de rĂ©ticence que j'ai dĂ» me rĂ©soudre Ă  m'adresser Ă  la ministre fĂ©dĂ©rale de la SantĂ©, Jane Philpott, pour empĂȘcher ce qui constitue ni plus ni moins un permis de voler aux dĂ©pens des patients et patientes du QuĂ©bec. C'est que le ministre de la SantĂ©, GaĂ©tan Barrette, ne semble pas comprendre que les frais accessoires sont dĂ©jĂ  facturĂ©s Ă  la RAMQ par les mĂ©decins qui pratiquent en cabinet privĂ©.
L'adoption du projet de loi 20, qui vient notamment encadrer les frais accessoires imposés par les médecins aux patients
AprÚs plusieurs mois d'étude, l'Assemblée nationale a adopté mardi aprÚs-midi le projet de loi 20 sur l'accÚs aux médecins
La loi 20 va garantir l'accÚs à un médecin, assure le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, sorti indemne, mercredi, d'un
L'accÚs adapté est une nouvelle maniÚre de pratiquer la médecine familiale qui emballe de plus en plus les docteurs québécois... et qui devrait également réjouir le gouvernement et le public.
J'ai été impressionnée par le peu de dialogue et d'ouverture du docteur Barrette face aux commentaires et questions des étudiants, qui se sont fait répondre qu'ils étaient «brainwashés».