port cacouna

Le Canada a pris des mesures supplémentaires pour éviter une extinction de cinq espèces aquatiques menacées, comme le béluga
Abonnez-vous à notre page sur Facebook Suivez-nous sur Twitter INOLTRE SU HUFFPOST Le port de Gros-Cacouna deviendra la première
Au-delà de la pollution environnementale, TransCanada est aujourd'hui accusée de vouloir «polluer» le climat démocratique à travers des manœuvres médiatiques qui ne peuvent que nuire au débat public.
Ici, c'est chez nous. C'est à nous et à personne d'autre de décider de ce qui se promène sur notre fleuve. Alors ton pipeline, ton port pétrolier, Russ, c'est non. Et laisse-moi finir en anglais pour être certain que tu comprennes ce que je dis: Make no mistake. You are not welcome here. You'll find us on your way.
Le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques juge que la proposition
On ne peut à la fois critiquer les trains et les superpétroliers tout en s'opposant aux pipelines. On peut comparer les deux approches, voire en privilégier une plutôt que l'autre, mais s'opposer aux deux revient à nier une réalité fondamentale, soit le fait que nous aussi, nous avons besoin d'énergie.
Environ un millier de personnes ont manifesté à Cacouna, près de Rivière-du-Loup, pour demander à Québec l'annulation du
Si nos gouvernements sont si confiants de l'absence d'impact des forages de TransCanada sur les bélugas, qu'ils laissent leurs scientifiques parler librement. Sinon, nous continuerons de penser qu'ils sont prêts à mettre les bélugas en boîte pour faire passer des barils de pétrole.
Ensemble, nous pouvons bloquer l'oléoduc de TransCanada. Un projet qui met en péril les bélugas, l'écosystème du fleuve, la qualité de l'eau potable, la santé, le climat, ainsi que divers secteurs économiques dépendants du Saint-Laurent tels le tourisme, l'agriculture, la pêche, la navigation de plaisance et la récolte d'algues.