HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

oif

La candidature rwandaise de Louise Mushikiwabo n'est certainement pas pour Ɠuvrer au rayonnement de la langue française ni pour faire la promotion des valeurs dĂ©mocratiques prĂŽnĂ©es par l'OIF.
L'Ă©lection de MichaĂ«lle Jean Ă  l'OIF a Ă©tĂ© largement saluĂ©e Ă  la fois par la plupart des États et gouvernements membres.
À premiĂšre vue, les prises de position de M. Nubukpo dans le dĂ©bat, « pour » ou « contre » l'usage du franc CFA, peuvent ĂȘtre considĂ©rĂ©es comme une dĂ©marche tout Ă  fait logique d'un scientifique qui rĂ©flĂ©chit sur une problĂ©matique de sociĂ©tĂ© dans laquelle il vit.
Ce 24 octobre, le prĂ©sident français Emmanuel Macron a reçu Ă  l’ElysĂ©e le chef du gouvernement irlandais, Leo Varadkar. Macron a indiquĂ© que l’Irlande a l’intention de rejoindre l’Organisation Internationale de la francophonie (OIF). Dublin devrait en effet prochainement poser sa candidature pour rejoindre l’organisation en tant qu’observateur. 84 pays sont actuellement membres de cette institution.
Il est triste de penser que le Québec verse 1.5 million pour promouvoir la langue française dans le monde, alors que 50% des Québécois sont des «analphabÚtes fonctionnels» se foutant éperdument des «photes de fransais».
Toute cette controverse ne sert pas du tout les intĂ©rĂȘts du Canada ni ceux du QuĂ©bec qui jouent par ailleurs un rĂŽle prĂ©pondĂ©rant au sein de cette organisation.
La secrétaire générale de la Francophonie s'en tire sans reproches.
Ne soyons pas gĂȘnĂ©s de reconnaĂźtre que, comparativement Ă  d'autres espaces linguistiques, l'espace francophone est celui oĂč la dĂ©mocratie balbutie encore.
Réagissant aux deux derniers billets de blogue que j'ai publiés sur le 16e Sommet d'Antananarivo et sur le bilan de mi-mandat de Michaëlle Jean à la Francophonie, la secrétaire générale de l'OIF m'a ainsi confié, en toute franchise, que mes récents textes l'ont laissée quelque peu perplexe.
Le mi-mandat est le moment idĂ©al de jeter un coup Ɠil dans le rĂ©troviseur, de passer en revue les progrĂšs accomplis jusque-lĂ , les objectifs qui n'ont pas pu ĂȘtre atteints et de recadrer, avec les meilleures approches, lĂ  oĂč il faut absolument faire des rĂ©ajustements.