HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

medias sociaux

Peu importe la rĂ©sultante, peu importe la rĂ©solution du conflit, la grĂšve Ă©tudiante de l'annĂ©e 2012 sera synonyme d'une dĂ©monstration sans Ă©quivoque du pathĂ©tisme postmoderne dont souffre la sociĂ©tĂ© quĂ©bĂ©coise. D'un cĂŽtĂ©, il existe un regroupement d'Ă©tudiants, divisĂ© en diverses factions qui ne reprĂ©sentent pas les mĂȘmes intĂ©rĂȘts et qui ne dĂ©fendent pas la mĂȘme idĂ©ologie, mais qui parle au nom desdits Ă©tudiants comme Ă©tant un tout uniforme et homogĂšne sans reprĂ©senter la majoritĂ© de ces derniers.
Les médias sociaux tuent les idées à trop les répéter. Demain, à l'avoir trop consommée, l'ignominie de Charest ne sera qu'une banalité. Notre colÚre sera déjà consumée, comme un feu trop attisé. Demain, les petits chats seront de retour sur notre Facebook, et nous boirons notre Oasis. Et Charest, de continuer de sourire.
Plusieurs n'Ă©taient pas d'accord avec mon point de vue. Bien avant que des centaines de milliers de jeunes soient en grĂšve, je disais que d'ĂȘtre contre la hausse, c'Ă©tait trendy -- cool, dans le vent, Ă  la mode - alors cela faisait que les gens qui Ă©taient pour la hausse ne s'affichaient pas... mĂȘme s'ils reprĂ©sentent la majoritĂ©.
Ce n'est pas une prĂ©diction bien risquĂ©e Ă  faire : des cas comme celui auquel Lassonde a dĂ» faire face avec les jus Oasis, il y en aura de plus en plus. Dans un article paru dans la section Technaute de Cyberpresse, on soulignait qu'il s'agit «d'une lame de fond imprĂ©visible». ImprĂ©visible? Pas tout Ă  fait...C'est vrai que les entreprises peuvent dĂ©sormais se retrouver, et de façon imprĂ©vue, dans la ligne de mire des mĂ©dias sociaux, puis, par extension, celle des mĂ©dias en gĂ©nĂ©ral. Mais, si on pouvait s'attarder Ă  regarder de plus prĂšs chaque entreprise, on pourrait assez facilement voir lesquelles ont des chances d'ĂȘtre mieux prĂ©parĂ©es Ă  faire face Ă  ce genre de crise. Et, je vais peut-ĂȘtre vous Ă©tonner, mais ce ne sont pas forcĂ©ment celles qui sont trĂšs actives sur les mĂ©dias sociaux, que ce soit Twitter, Facebook ou toute autre plateforme.
Jamais au Québec, une entreprise n'avait déclenché une si virulente et rapide réaction en chaßne sur les réseaux sociaux. L' article « Pas touche au mot Oasis» de Christiane Desjardins dans La Presse du 6 avril 2012 a engendré un tsunami d'insultes et d'injures envers le fabricant de jus québécois Lassonde. Rappelons que depuis 7 ans, les avocats de Lassonde font la vie dure à quiconque utilise dans ses affaires le mot «oasis» et particuliÚrement à une petite entreprise québécoise de savon à l'huile d'olive. Pourquoi? Elle a eu le malheur d'inclure le mot OASIS dans sa raison sociale Olivia's Oasis.
Une grande vague de protestations sur les médias sociaux a eu raison de la compagnie Lassonde et de ses jus Oasis. En effet
Dans l'optique d'ĂȘtre la rĂ©fĂ©rence pour la communautĂ© philanthropique quĂ©bĂ©coise, nous avons dĂ©veloppĂ© une stratĂ©gie sur les mĂ©dias sociaux. Notre idĂ©e a Ă©tĂ© de crĂ©er une plateforme d'Ă©change, de discussion et d'actualitĂ© philanthropique entre tous les acteurs de la philanthropie au QuĂ©bec. Philanthropie QuĂ©bec est donc prĂ©sent sur 5 mĂ©dias sociaux : Facebook, Twitter, LinkedIn, YouTube et Slideshare.
Il fut un temps oĂč les mĂ©dias sociaux se voulaient le havre de la vĂ©ritĂ© capable de colmater l'authenticitĂ© du dĂ©veloppement de nouvelles relations qui devaient devenir les bases d'une maniĂšre contemporaine d'interagir, d'une maniĂšre d'interagir plus vraie. Évidemment, l'utopie fut vite reprise par une Ă©quation de popularitĂ© instantanĂ©e multipliĂ©e par une potentialitĂ© de partage exponentiel qui transcendait lesdits rĂ©seaux construits Ă  mĂȘme un rapport d'authenticitĂ© des interactions : la viralitĂ©.
En quelques semaines, son rĂ©alisateur, Jason Russell, soutenu par de nombreuses cĂ©lĂ©britĂ©s amĂ©ricaines, est devenu l'un des sujets de conversation favoris des mĂ©dias dans le monde entier. ArrĂȘtĂ© cette fin de semaine pour un Ă©trange fait divers (il se serait masturbĂ© sur la voie publique), le projet de communication qu'il a initiĂ© via son organisme controversĂ© Invisible Children dĂ©montre Ă  quel point le phĂ©nomĂšne d'amplification des rĂ©seaux sociaux peut-ĂȘtre redoutable, pour le meilleur comme pour le pire. RĂ©cit d'une campagne de pub ratĂ©e.
Facebook peut contribuer... Ă  nous dĂ©primer! Chacun s'empresse d'afficher tout ce qu'il fait de bon et d'intĂ©ressant: les activitĂ©s auxquelles il participe, les spectacles et films qu'il va voir, les gens qu'il frĂ©quente, etc. Et en lisant tout cela, on peut parfois avoir l'impression d'ĂȘtre seul(e) sur Terre Ă  ne pas mener une vie gĂ©niale.