HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

medecine

J’ai peur de la COVID-19, j’ai peur de la deuxiùme vague
 mais par-dessus tout, j’ai peur de nous.
Peut-on un jour aspirer à ce que les personnes grosses soient traitées comme les autres?
Les grands rassemblements pourraient-ils contribuer à une deuxiÚme vague dans l'épidémie de COVID-19? Ce que l'on sait de Sars-Cov2 permet d'éclairer cette question, sans apporter de réponse définitive.
Des chercheurs ont isolé un anticorps du lama qui pourrait grandement contribuer à la lutte contre la maladie.
MĂȘme si nous pratiquons la distanciation sociale chacun chez soi, il est temps d'avoir cette conversation que la plupart d'entre nous avons Ă©vitĂ©e - ou que nous ne savions mĂȘme pas que nous devions avoir.
«La rĂ©alitĂ© des Ă©tudes en mĂ©decine et du travail de mĂ©decin est bien diffĂ©rente d’un pays Ă  l’autre. (...) Mais une chose nous unit tous: ce dĂ©sir d’aider, d’aider sans discrimination.»
Comme l'expliquent ces soignants au HuffPost France, l'engouement autour du traitement défendu par le professeur Didier Raoult entraßne des effets pervers dans les hÎpitaux et sur la recherche.
«Cette semaine, un patient que je devais intuber m’a regardĂ©e et m’a dit: “Docteure, est-ce que je vais me rĂ©veiller?”»
J’ai anticipĂ© toutes sortes de dilemmes Ă©thiques lors de ma formation en mĂ©decine, et j’en ai vĂ©cu en pratique. Mais je n’aurais jamais pu imaginer une situation dans laquelle, Ă  grande Ă©chelle, je devrais me demander si la meilleure chose pour mes patients serait de ne pas me voir.
Ce mĂ©dicament, traitement potentiel face au nouveau coronavirus, est prometteur, mais les Ă©tudes actuelles sont loin d'ĂȘtre assez abouties pour encourager son utilisation.