HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

ma-premiere-campagne

MA PREMIÈRE CAMPAGNE - Peu importe le résultat des élections lundi soir, je sortirai de cette campagne la tête haute, avec la certitude d'avoir fait le maximum pour la remporter. Maintenant, le dernier mot va aux électeurs de Laurier-Sainte-Marie.
MA PREMIÈRE CAMPAGNE - Cette élection est celle de la nécessité de changer. On ne peut se permettre de vivre encore cinq ans avec un gouvernement conservateur. Ce serait dangereux pour notre démocratie, pour notre liberté d'expression, pour notre environnement, pour notre économie et pour notre sécurité. Le vote stratégique n'est plus une option.
MA PREMIÈRE CAMPAGNE - Lorsque je me demande ce que je serais en train de faire si je n'avais pas décidé de devenir candidat, la même certitude m'habite: il était impossible que je ne me lance pas.
MA PREMIÈRE CAMPAGNE - Avec un gouvernement minoritaire à Ottawa, c'est le temps de faire entendre notre voix, de peser de tout notre poids, afin de faire en sorte que le 19 octobre, le Québec revienne en force. Nous avons l'occasion de nous donner la balance du pouvoir.
MA PREMIÈRE CAMPAGNE - On se reposera dans une semaine. Pour l'instant, trop de gens ont placé leur confiance en moi, trop de gens s'impliquent pour me faire élire sans rien demander en retour. Je suis si impressionnée et surtout très touchée par la loyauté, le dévouement et le degré d'engagement de chacun de nos bénévoles.
Ça y est, je suis pleinement de retour dans la campagne, maintenant accompagnée de ma petite Florence, née le 10 septembre. Au jour 9 suivant sa naissance, j'ai fait ma première visite au bureau de campagne en compagnie de mon conjoint, pour la présenter à mon équipe et participer à un reportage télévisé sur les mères en politique. Depuis, j'ai graduellement repris les activités en allant à la rencontre des citoyens. Voici un petit aperçu de nos conversations, avant et après mon retour sur le terrain.
Le plus exigeant physiquement dans une campagne, ce n'est pas de marcher de maison en maison pour convaincre les gens de voter pour moi. [...] Le plus demandant est de gérer toute l'énergie qui circule autour de moi à longueur de journée.
Je termine avec cette dame rencontrée sur la rue Collins à Drummondville il y a quelques jours à peine. Une centenaire, sympathique et pleine d'humour. « Moi, je vais aller voter c'est sûr, et pour vous à part de ça ! », me lance t-elle. « Mais faut pas oublier de venir me chercher ! »
Lorsqu'on fait du porte-à-porte, on entre dans le quotidien des gens. C'est dans cette parcelle d'intimité qu'on peut obtenir ce contact privilégié avec l'électeur. J'ai d'ailleurs été surprise de constater à quel point les gens sont courtois et polis, même s'ils ont parfois des opinions politiques différentes des miennes.
MA PREMIÈRE CAMPAGNE - Si l'on considère qu'une campagne électorale dure habituellement 35 jours en moyenne, c'est donc dire que je me retrouverai le jour J avec l'équivalent de près de 14 campagnes électorales «dans le corps»! Ce mode de vie tout sauf tranquille fait maintenant partie de mon quotidien.