HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

Joyce Echaquan

Une année dont on se souviendra longtemps.
Je suis allĂ© porter des fleurs aux proches de Joyce Echaquan. C’est quand je suis arrivĂ© que j’ai compris l’ampleur du geste que je venais de poser.
Je revois dans ma tĂȘte des dizaines de conversations avec des patients qui me supplient – qui nĂ©gocient – pour ne pas «ĂȘtre descendus» Ă  Joliette, par peur des soins, de l’accueil, de ne pas ĂȘtre compris, de ne pas ĂȘtre entendus, d’ĂȘtre dĂ©nigrĂ©s.
Une organisatrice de la manifestation estime qu'il est grand temps que nous vivions notre propre «moment George Floyd».
Le dĂ©cĂšs de Joyce Echaquan Ă  l’hĂŽpital de Joliette a Ă©branlĂ© le QuĂ©bec. Mais dans les communautĂ©s autochtones, la tragĂ©die
Ses proches souhaitent voir les «gestes discriminatoires et répétés» à l'endroit des Autochtones cesser.
La mÚre de famille atikamekw est décédée lundi à l'hÎpital de Joliette aprÚs avoir enregistré les insultes racistes dont elle a fait l'objet de la part du personnel soignant.
«Tous les Innus crieront ton histoire, pour que cela ne se produise plus jamais.»
La famille Echaquan a appris le renvoi d'une des infirmiÚres ayant fait preuve de racisme à l'endroit de la patiente par l'entremise des médias.
La mÚre de sept enfants a été victime de racisme à l'hÎpital de Joliette dans les heures qui ont précédé sa mort.