HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

islamisation

Depuis plus d'une décennie le triptyque identité, culture, langue française connait un recul sans précédent, alors même que, concomitamment, le multiculturalisme et l'islamisme accroissent leur présence au sein de la société québécoise.
Comme le dit un proverbe de la sagesse arabe, si nous répondons à la haine par la haine, quand finira la haine?
Madame Benhabib a le droit de croire que les politiciens québécois auraient dû sermonner, pendant ces cérémonies, les musulmans à propos de la démocratie, de la liberté d'expression et des droits des femmes. Et nous avons le droit de lui répondre que, pour nous, il en est autrement.
À la défense des uniformes islamiques, on brandit souvent l'argument de la liberté individuelle. Comme les femmes musulmanes endosseraient ces vêtements par désir de spiritualité personnelle, leur choix devrait être respecté. Mais rien n'est plus illusoire !
«Ce gouvernement est en train d'islamiser l'île, alors que nous, les autochtones, sommes laïcs, buvons de l'alcool, ignorons le ramadan et mangeons même du porc.»
L'erreur à commettre est de passer un week-end à Marrakech. On se sent trop occidental, on se rend compte que le racisme existe aussi sur la rive méridionale de la Méditerranée.
Manifestement, Haroun Bouazzi ne connait pas la Belgique. Il faut effectivement faire l'inverse, car la laïcité belge, précisément celle que met de l'avant AMAL-Québec, est en partie responsable du ghetto islamiste de Molenbeek.
Une gauche qui ne possède plus du tout le monopole électoral de la communauté homosexuelle devrait se poser certaines questions.
Ceux et celles qui encouragent l'islamisation des sociétés occidentales ne pourront pas éternellement se désolidariser de ces actes de violence. Un jour, il sera question de «collaboration». Il en va de même pour nos gouvernements.
À Ottawa et à Québec, on fait la sourde oreille et on traite ceux qui refusent l'obscurantisme d'être des «islamophobes», des xénophobes ou des racistes.