HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

information

Je participe en tant que blogueur, à la campagne prospéritéQc, organisée par le Conseil du patronat. Ce qui m'amÚne à me poser des questions sur l'avenir de nos entreprises
L'information est omniprésente et l'impression que nous avons tous est que les médias la multiplie et la diffuse largement et trÚs rapidement, et ce, bien souvent à forte charge virale.
Depuis la parution de l'essai de Guy Debord en 1967, la société du spectacle s'est considérablement transformée.
Au cours des 10 derniÚres années, la couverture de l'actualité culturelle par les médias québécois a fondu de 30 %. C'est
Chaque jour, 700 000 personnes prenant le mĂ©tro sur l'Ăźle de MontrĂ©al se voient proposĂ©es le journal MĂ©tro. ProposĂ©es ou imposĂ©es ? Et s'il y avait sous ce tout petit geste, la violence d'un monde oĂč la gratuitĂ© devient une arme de marketing ? Sans attaquer ni les journalistes ni les employĂ©s du journal MĂ©tro, qui font leur travail lĂ  oĂč ils en trouvent, c'est toutefois l'existence du phĂ©nomĂšne qu'il faut interroger, son sens, et ses consĂ©quences.
Les conservateurs ont dĂ©cidĂ© de faire de Radio-Canada une tĂ©lĂ©vision d'État plutĂŽt qu'une tĂ©lĂ©vision publique. Les conservateurs ont dĂ©cidĂ© d'utiliser la SRC comme instrument de propagande fĂ©dĂ©rale. Ce n'est pas nouveau, me direz-vous. Eh bien! mĂȘme sous Rabinovitch, je n'ai pas souvenir d'une telle complicitĂ© empressĂ©e de la direction.
Comme l'a si bien dit Benjamin Franklin: «Un peuple prĂȘt Ă  sacrifier un peu de libertĂ© pour un peu de sĂ©curitĂ© ne mĂ©rite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux».
Stéphane Gendron ne sera pas resté longtemps sans micro aprÚs la fin de son contrat avec Radio X, devenue depuis Radio 9
Les outils technologiques ont leur raison d'ĂȘtre et leur utilitĂ©, mais l'usage abusif peut nous faire dĂ©vier de l'atteinte de nos objectifs. D'oĂč la nĂ©cessitĂ© de bien rĂ©flĂ©chir avant d'agir, en choisissant stratĂ©giquement les moyens Ă  utiliser pour arriver Ă  nos fins.
Attaquer Radio-Canada, c'est attaquer la diversitĂ© sur les ondes publiques. Tout ne peut pas, tout ne doit pas obĂ©ir Ă  la seule logique du marchĂ©. Certains services sont essentiels, mĂȘme s'ils ne sont pas « populaires ».