independance-upac

Le ministre Martin Coiteux propose de créer un comité de surveillance.
« Indépendance ne veut pas dire absence de reddition de comptes. »
Ils avaient d’abord refusé de témoigner sur le projet de loi 107.
Afin d'avoir le simple droit de poser des questions au commissaire de l'UPAC, le critique de l'opposition officielle en sécurité publique doit obtenir la permission du ministre Coiteux.
QUÉBEC – Est-il normal que le patron de l’UPAC soit nommé par le gouvernement du Québec, sur qui il pourrait être appelé