HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

independance-quebec

À dĂ©faut de se cracher dans les mains et de recommencer, les indĂ©pendantistes peuvent commencer par se relever les manches et recommencer Ă  se parler.
Plus le temps passe, plus on en vient Ă  constater que l'indĂ©pendance du QuĂ©bec ne devient pas de moins en moins pertinente, mais bien de plus en plus vitale Ă  la prĂ©servation des intĂ©rĂȘts quĂ©bĂ©cois.
Le chef pĂ©quiste a dĂ©clarĂ© lundi que le QuĂ©bec n’avait pas Ă  payer pour les «invitĂ©s de Justin Trudeau».
AprĂšs l'Écosse, ce sera donc le tour de la Catalogne. Peut-ĂȘtre. Car contrairement Ă  l'Écosse, point d'accord entre la Generalitat et le gouvernement central, tout au contraire. Madrid a toujours refusĂ© de tenir ce dĂ©bat et d'admettre un quelconque droit d'autodĂ©termination aux Catalans.
Tous les souverainistes devraient investir le Bloc quĂ©bĂ©cois, ou le soutenir. À tout le moins ceux qui ont la volontĂ© rĂ©elle et sincĂšre de travailler Ă  faire avancer notre mouvement. Dans un esprit de dialogue, coopĂ©ratif et proactif.
Un des principaux enjeux de cette campagne a Ă©tĂ© la monnaie, le camp du «non» prĂ©tendant que l'Écosse ne pourra pas conserver la livre sterling au lendemain d'un «oui».
Le Québec s'expose à une décennie de catastrophes en tous genres s'il devient un pays souverain, prédit le premier ministre
Je dois malheureusement renoncer à me porter candidat : mon bulletin de mise en candidature ne portant pas les signatures des 1000 membres en rÚgle exigées, dont 15 provenant de 25 circonscriptions différentes.
Est-ce que le gouvernement du Québec et celui du Canada vont condamner l'attaque du gouvernement espagnol contre le droit des Catalans à décider de leur avenir?
L'honorable Lucien Bouchard, en sa qualité d'ancienne figure héroïque du camp de la souveraineté du Québec, invitait il y a quelques jours les indépendantistes «à ne pas craindre de s'abaisser à gouverner une province», soit un territoire... non souverain.