guerre du Pacifique

Le principal crime de l'état-major américain n'est pas d'avoir autorisé le largage des bombes atomiques, mais d'avoir exonéré Shirō Ishii et les tortionnaires de ses unités de vivisection d'une inculpation pour crime de guerre et d'avoir accordé la même protection à Hirohito et toute la famille impériale.
Les dirigeants japonais sont responsables de la destruction de leurs villes et du bombardement atomique qui a suivi.
Une ville du Japon a réitéré mercredi son intention d'enregistrer des lettres de kamikazes au programme Mémoire du monde