HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

Grand Prix

Plusieurs manifestations visant notamment à perturber le Grand Prix du Canada de formule 1 sont en cours samedi, à Montréal
MONTRÉAL - DiffĂ©rents mouvements de contestation promettent de faire leurs propres tours de piste durant toute la fin de
MONTRÉAL - Les Ă©tudiants protestataires du QuĂ©bec sont la cible d'un nouveau dĂ©tracteur bien en vue — et il y va d'une charge
Admettez que ça fait du bien de voir autre chose que des corps sculptés au couteau ou des filles sorties tout droit du catalogue La Senza. Je parle des maNUfestations et ses ribambelles de gars en bobettes et filles aux seins sciemment étiquetés de carrés rouges. Bien sûr, ceux qui ne voient que des bébés lala dans tout ça seront peu impressionnés par la grande maNUfestation prévue pour l'ouverture du Grand Prix de Montréal. Mais ils devraient au contraire applaudir.
N'en dĂ©plaise donc aux dirigeants de l'industrie du spectacle, nous ne « zapperons » pas cette crise sociale. Les enjeux sont trop grands, les questions trop importantes et dĂ©bordant de loin le seul conflit Ă©tudiant pour que l'on mette le tout sous le boisseau. Un festival - Ă  plus forte raison subventionnĂ© - peu toujours espĂ©rer faire mieux Ă  l'Ă©dition suivante. Force est d'admettre qu'une sociĂ©tĂ© entiĂšre n'a cependant pas le luxe de disposer d'une pareille marge de manƓuvre. Lorsque le feu est pris Ă  la demeure, l'on ne reste pas Ă  s'amuser sur le perron.
Le prĂ©sident du Conseil du patronat du QuĂ©bec, Yves-Thomas Dorval, en rajoute une couche. Dans sa lettre envoyĂ©e aux mĂ©dias, il demande une pĂ©riode d'accalmie Ă  l'approche de la pĂ©riode estivale. Il faudrait donc arrĂȘter d'ĂȘtre indignĂ© parce qu'une vingtaine de millionnaires bardĂ©s de logos veut faire des tours de chars Ă  300 km/h? Qu'on rentre dans les rangs parce qu'il va bientĂŽt y avoir des dĂ©filĂ©s de clowns dans nos rues? Qu'on cesse de penser parce que c'est la saison des festivals? Qu'on ferme nos gueules parce qu'on installe des podiums dans le centre-ville?
Alors, qui a peur d'Anonymous? Eh bien, moi. Et tous ceux, j'ose croire, qui sont mal Ă  l'aise devant la panoplie de hacktivistes toujours prĂȘts Ă  dĂ©noncer et Ă  menacer, dans le plus parfait anonymat, les gros de ce monde. La voix tĂ©nĂ©breuse qui sort du plafond (ou, en l'occurrence, de l'ordi) vous sommant d'avoir peur, trĂšs peur... elle n'est pas celle d'un gouvernement omniprĂ©sent et rĂ©pressif, tel qu'imaginĂ© par George Orwell dans 1984. Elle est celle des matamores de l'internet qui collaborent Ă  Anonymous.