grammaire

Suivez-nous sur Twitter INOLTRE SU HUFFPOST Une équipe de l'Université du Québec à Rimouski a créé un test en ligne pour
En langage écrit, les règles sont les règles et elles tiennent dans le vide. Il n'y a souvent rien n'a comprendre. C'est comme ça parce que c'est comme ça. On ne nous demande pas de réfléchir, on nous demande d'exécuter.
Chaque année, je vois les élèves rejeter, avec détachement, le français, et pas seulement au profit de l'anglais. Ils n'aiment pas cette langue et ils ne comprennent pas pourquoi ils doivent l'apprendre.
Souvenez-vous, quand vous étiez sur les bancs de l'école, de la première règle de grammaire qu'on vous a apprise: "Le masculin
L'apprentissage du français peut être ardu tant ses règles élémentaires de grammaire sont complexes, quand ce ne sont pas leurs énoncés. Vous souvenez-vous, vous, des règles que vous avez apprises sur vos bancs d'école? J'avoue ne plus trop me souvenir de la façon dont elles étaient enseignées «à mon époque». Mais étaient-elles aussi compliquées à comprendre qu'aujourd'hui?
Dans un de mes récents textes, je m'adressais aux étudiants en grève. Cette lettre à l'étudiant a connu un écho certain et cette lecture fut recommandée, à ma grande joie, de très nombreuses fois sur les médias sociaux. Une de ces recommandations a retenu mon attention, elle invitait à lire la lettre à l'étudiant-e. Euh ... non. "Lettre à l'étudiant tiret e" n'est pas mon titre, et en plus c'est très laid. Puis changer un titre, je trouve ça cavalier, chère. Vous l'aurez compris, la personne en question est animée par une grande sensibilité féministe, et de toute évidence elle est en croisade, grammairienne tout au moins.