Georges Brassens

Pourquoi je pense ce que je