genevieve-pettersen

«Cette fois-là, j’ai vraiment été un être humain de merde...»
Plusieurs personnalités publiques ont reproché à la chroniqueuse de banaliser les allégations de violence conjugale formulées par l'influenceuse...
J'avais beaucoup aimé le roman il y a quatre ans. Mais je ne m'attendais pas à la tempête d'émotions que ce spectacle a déclenchée en moi, dans mes tripes et dans mon cœur.
Être une femme est quelque chose qui me rend fière, que je chéris, dont je prends soin, et que je défends. Ardemment. Parfois, je suis une femme en colère. Parfois, aussi, j'ai peur. C'est ce que je déteste le plus de mon état.
Les femmes qui se font insulter sur les réseaux sociaux n'ont pas à « être fortes », puisque cette situation ne devrait pas arriver.
Cette année, pour la Journée internationale des femmes, j'avais prévu me vider le cœur en vous parlant de ma fatigue morale et intellectuelle, celle-là même ayant provoqué le silence radio de ce blogue pendant plus de quatre mois, après des années de publications régulières.
SAISON DE LA LECTURE - Je lis pour voyager autour du monde quand je fais la patate de sofa chez moi. Je lis pour rigoler quand j'oublie de le faire pendant une mauvaise journée. Je lis pour répondre à cette enfant curieuse en moi qui ne cesse pas de poser la question : «Pourquoi?» Le plus important, je lis pour me retrouver.
Geneviève Pettersen a remporté mercredi le 14e Grand Prix littéraire Archambault, pour son roman La déesse des mouches à
Donner naissance à un enfant de sexe masculin, voir sa fille devenir hétérosexuelle constituent autant de coups durs pour des féministes militantes éprises d'égalité et désireuses d'un monde meilleur que l'on pourrait anticiper majoritairement féminin et homosexuel !