HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

fiscalite-quebec

Avec la saison des impÎts qui bat son plein, voici quelques conseils pour vous permettre de réduire vos impÎts au maximum.
Si Ă©lue Ă  la tĂȘte du PQ puis premiĂšre ministre, Martine Ouellet promet de s'attaquer aux entreprises qui utilisent les paradis
Le dernier budget quĂ©bĂ©cois a soulevĂ© des questions dans le public quant Ă  la pertinence de verser dans le Fonds des gĂ©nĂ©rations des sommes qui auraient pu ĂȘtre affectĂ©es Ă  d'autres fins. Certaines questions sont lĂ©gitimes, mais le Fonds en soulĂšve bien d'autres.
Si la classe moyenne n'est pas en déclin, ce n'est pas dû aux revenus qu'elle tire du « marché » (revenus de travail, d'entreprise, de placements), bien au contraire
MONTRÉAL - Pour prĂ©server le modĂšle quĂ©bĂ©cois, le gouvernement Couillard devrait s'assurer que les grandes entreprises et
La loi et de la réglementation fiscales québécoises ne sont pas une cause de nos maux, mais bien le résultat de la culture étatiste qu'ont adoptée tour-à-tour les libéraux et les péquistes depuis la Révolution tranquille.
La Commission d'examen sur la fiscalitĂ© quĂ©bĂ©coise est constituĂ©e de spĂ©cialistes de la fiscalitĂ© et des politiques publiques ainsi que de reprĂ©sentants du milieu des affaires. Mais qui aura Ă  cƓur les intĂ©rĂȘts des contribuables? AprĂšs tout, ce sont eux qui paient la trĂšs grande majoritĂ© des impĂŽts.
L'étude de l'IRIS sur la charge fiscale des Québécois cherchait à déboulonner un mythe entourant le sujet. Malheureusement, par les réactions qu'elle a suscitées, elle en a fait ressortir un autre, grave: la science (les instituts de recherche, les experts, les journalistes?) serait «neutre».
À la lecture de l'article de Kathleen LĂ©vesque paru dans La Presse du 28 fĂ©vrier, intitulĂ© «Les QuĂ©bĂ©cois ne sont pas les plus taxĂ©s», les contribuables ont voulu croire, ne serait-ce que l'espace d'un instant, qu'ils n'Ă©taient pas les plus taxĂ©s en AmĂ©rique du Nord. HĂ©las! Cet espoir fut de courte durĂ©e, car il est bien vite apparu que les auteurs de l'IRIS ont pris de vrais chiffres pour arriver Ă  de fausses conclusions.