HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

fanatisme religieux

On a restreint notre existence Ă  ĂȘtre sans penser. On s'en est remis Ă  Dieu et Ă  ses reprĂ©sentants, seuls habilitĂ©s Ă  cogiter pour nous, rĂ©flĂ©chir et juger.
Parfois l'histoire nous fait vivre de curieuses répétitions, ce qui nous amÚne à nous interroger.
Les non-musulmans n'ont absolument pas à considérer comme recevables les dogmes et les pratiques de l'islam. En vertu de la liberté de pensée et d'expression, ils ont le droit de les condamner et de s'en moquer.
Doit-on sacrifier la liberté d'expression au vivre ensemble ? Galilée aurait-il dû renoncer à ses démonstrations pour ne pas heurter la susceptibilité de croyants?
Voici un article Ă©crit en fĂ©vrier 2006 suite Ă  l'affaire des caricatures et qui reste Ă  mon avis d'actualitĂ©. À l'Ă©poque, c'Ă©tait le «politicaly correct» qui primait, les journaux et les mĂ©dias au QuĂ©bec n'avaient pas affichĂ© leur solidaritĂ© avec le caricaturiste danois ni avec Charlie Hebdo.
Penser que les religions en général sont cause de violence, c'est manquer la cible. Penser que c'est l'islam en général est aussi injuste.
Une société devient hystérique quand elle ne sait pas comment répondre à des commotions sociales et à des traumatismes historiques et lorsque les frustrations sont trop nombreuses.