eurozone

La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, a déclaré jeudi qu'en ce qui concerne la Grèce "l'urgence est de rétablir
Le résultat des élections grecques était porteur d'un double message. Le gouvernement d'Alexis Tsipras déclarait révolue l'ère de l'austérité imposée par l'étranger. Il adressait un défi aux hérauts de la pensée orthodoxe au sein de l'Eurozone. Un mois plus tard, la réalité rend un verdict cruel.
Dimanche, quand les bureaux de vote fermeront et que les premières estimations seront communiquées à Berlin, Bruxelles, Madrid, Londres, Francfort et New York, les décisionnaires politiques et financiers - et tous leurs collaborateurs - seront rivés à leur écran, prêts à lire et à interpréter ces chiffres.