HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

drainville

«Doit-on inclure, dans cette Charte des valeurs québécoises, une section qui interdit les signes associés au culte de la «pétasse»?»
RÉTRO 2013 - C'est la laĂŻcitĂ©, seulement la laĂŻcitĂ©, qui protĂ©gera les religieux, les non-croyants et le QuĂ©bec. L'Ă©galitĂ© entre les hommes et les femmes n'est pas nĂ©gociable, elle doit primer sur la libertĂ© religieuse, n'en dĂ©plaise aux fanatiques de tout acabit.
Il y a prÚs d'un an, le gouvernement du Québec, dirigé par Mme Pauline Marois, s'est engagé à proposer aux Québécoises et aux Québécois une solution à la crise des accommodements religieux qui a secoué le Québec il y a un peu plus de cinq ans. Cet engagement, nous le respectons aujourd'hui.
Le striptease politique de la rentrée 2013 est terminé. L'effeuilleuse a terminé sa danse et le projet est dévoilé. L'excitation des derniÚres semaines a été habilement entretenue, mais maintenant qu'on sait tout du corpus, le plaisir s'estompe.
Il est vrai que certaines personnes pourraient ĂȘtre choquĂ©es ou indisposĂ©es Ă  la vue d'agents de l'État arborant des signes religieux, mais il ne s'agit pas lĂ  d'une raison suffisante pour limiter les libertĂ©s individuelles au mĂȘme titre qu'on ne peut pas interdire les manifestations publiques de l'homosexualitĂ© sous prĂ©texte que cela rend certaines personnes mal Ă  l'aise.
Que les opposants à la Charte des Valeurs usent du crucifix à l'Assemblée nationale comme d'un argument pour traiter ceux qui aspirent à la laïcité a quelque chose de fallacieux.
Si c'Ă©tait un ballon d'essai il s'est rapidement dĂ©gonflĂ©, au point oĂč ne voit pas trop comment le ministre Bernard Drainville pourra relancer une Charte des valeurs quĂ©bĂ©coises sous cette forme.
Ceux qui, hier, Ă©taient prĂȘts Ă  accueillir les dĂ©putĂ©s déçus de l'ADQ, tiennent aujourd'hui la ligne dure face Ă  ceux qui voudront tourner casaque. Or il est difficile de ne pas voir dans ce projet de loi autre chose que l'expression d'une volontĂ© revancharde, comme l'Ă©crivait Mathieu Bock-CĂŽtĂ©, suite Ă  l'Ă©pisode des dĂ©putĂ©s dĂ©missionnaires qui ont bien failli couler le leadership de Pauline Marois il y a plus d'un an.
L'idée du ministre Bernard Drainville de faire la vie dure aux vire-capot de la politique est séduisante mais je ne suis pas convaincu qu'elle deviendra loi. Le ministre des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne a laissé savoir au Soleil que le gouvernement songe à légiférer pour mettre des bùtons dans les roues des transfuges politiques.
La session qui vient de se terminer à l'Assemblée nationale nous a démontré de façon éloquente -trop éloquente à mon goût, pour tout dire- les différences d'approche entre le gouvernement Harper et le gouvernement du Québec en ce qui a trait à la démocratie et, en particulier, au financement des partis politiques.