dons d'organes

Ces résultats sont attribués «majoritairement» à l’impact de la première vague de la pandémie de COVID-19.
La donneuse d'organes a d'abord reçu un résultat négatif au test du coronavirus. Désormais, les médecins réclament des tests plus approfondis avant les greffes.
Un autre dommage collatéral de la COVID-19.
Je n’ai pas voulu savoir qui était le donneur ou la donneuse, si il ou elle venait de l’Ontario, du Québec ou d’ailleurs, mais je sais que le coeur a 33 ans.
Un centre pour la donation de corps en Arizona coupait les dépouilles en morceaux pour les revendre, plutôt que de les donner à la recherche médicale.
Un petit geste qui permet de sauver jusqu'à huit vies lorsque la nôtre prend fin.
Incidemment, la liste d'attente a considérablement diminué.
La possibilité d'offrir les organes d'un proche après un décès est une source de réconfort pour plusieurs familles endeuillées, selon le pédiatre Matthew Weiss.
Une équipe scientifique internationale est parvenue à modifier génétiquement des porcelets pour que leurs organes soient
L'organisme Transplant Québec fait état jeudi de quelques données statistiques encourageantes sur le don d'organes. En 2016