Dans la lumière

Un design revampé et harmonisé avec les autres éditions HuffPost du monde entier pour vous aider à repérer votre contenu préféré.
«Tous les jours, mes parents se faisaient appeler pour se faire dire: ″votre fils s’est fait battre ou voler son linge″. Ma mère me disait: ″un moment donné, ils vont me dire que tu es défiguré''.»
La mission la plus difficile à laquelle Jean-Baptiste Lacombe-Lavigne a dû participer est sans aucun doute celle en réponse à l'épidémie d'Ebola en Guinée, en 2014.
«Je le prends du côté positif, c’est ce qui va m’amener à rester mentalement apte à affronter ce qui s’en vient.»
«J'ai toujours été quelqu’un qui aime relever des défis et prouver aux gens que je peux faire n'importe quoi.»
L'ancienne plongeuse olympique n'a pas pu sauter à l'eau, le jour où son neveu s'est noyé sous ses yeux.
«Ce n'est pas parce qu'on est différent qu'on doit pleurer.»
Une mère lance un cri du coeur pour démystifier cette condition, encore très méconnue.
«Les enfants, généralement, aiment ça aller aux glissades d'eau. Moi, ma question, c'était : ''est-ce qu'on va mourir?''»
Le 14 octobre 2015, Alexandre de Lamberterie s'est enlevé la vie. Son épouse, Florence, témoigne de l'empreinte qu'il a laissée sur leur famille.