HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

Dalila Awada

Il importe de rappeler qu'appartenir à une société c'est aussi avoir la liberté d'en critiquer les organisations, et idéalement sans se retrouver avec une cohue disciplinaire aux trousses par la suite.
L'islamo-gauchisme, loin d'ĂȘtre un dĂ©faut, constitue une dimension essentielle du renouvellement du mouvement pour l'indĂ©pendance du QuĂ©bec dans une sociĂ©tĂ© plurielle.
Vous faites l'impasse sur plusieurs centaines de victimes pour lesquelles vous n'avez aucun mot. Pire encore, vous présentez les agresseurs comme les réelles victimes de ce qui s'est passé à Cologne.
Pourquoi ne pas oser régler la question de la laïcité entre femmes principalement? N'est-il pas temps de renverser la dynamique malsaine inhérente à ce modÚle français préjudiciable à nos femmes du Québec?
Le modĂšle de laĂŻcitĂ© hĂ©tĂ©rodoxe vaudrait peut-ĂȘtre mieux que le modĂšle orthodoxe Ă  la française, surtout parce que celui-ci ne reviendra pas de sitĂŽt dans le programme politique de notre sociĂ©tĂ© fortement marquĂ©e maintenant par le multiculturalisme canadien.
Le voile revĂȘt maintenant le rĂŽle d'accessoire de mode au QuĂ©bec. Comme partout ailleurs, de plus en plus de musulmanes portant
La maniÚre de faire des militants de Québec Inclusif est douteuse, sans éthique. Elle tente de faire taire les opinions divergentes à la leur par des dessous de table! Ce n'est pas la premiÚre fois qu'André Gagnon dérange les « Inclusifs ».
Que dit la dĂ©fense? Dalila Awada aurait mis en branle une «poursuite bĂąillon» ? C'est une vraie farce, que le PQ endosse par-dessus le marchĂ©. Une poursuite bĂąillon de la part d'une jeune Ă©tudiante en sociologie Ă  l'UQAM ! Dalila Awada et Barrick Gold, mĂȘme combat ?
Sur le Huffington Post, Michel Seymour a rĂ©agi Ă  mon Ă©ditorial paru sur le site etre.net concernant la mouvance « inclusive » et l'Affaire Awada. L'idĂ©ologue «inclusif» qui se prĂ©sente comme professeur de philosophie Ă  l'UniversitĂ© de MontrĂ©al reprend de façon assez peu subtile, mais tout en y mettant quelques gants blancs, les mĂȘmes propos diffamatoires qui ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© tenus Ă  mon Ă©gard.
Dans un article intitulĂ© «Les 'Inclusifs' et l'affaire Awada: la diabolisation et la censure», paru dans une rĂ©cente livraison d'Être magazine, AndrĂ© Gagnon attaque Ă  son tour Dalila Awada. Cette sortie vindicative ne fait pas avancer le dĂ©bat.