HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

critique des religions

S'opposer à une religion n'a en soi rien de répréhensible.
Une définition simple et claire consiste à considérer l'islamophobie comme un «nouveau racisme» qui vise les musulmans.
L'islam serait-il devenu un sujet si tabou que toute critique à son endroit doive être forcément vue comme discriminatoire?
Nier le droit d'expression au nom de certaines arguties «éthiques» pour justifier le pouvoir de censurer, comme le demande la Commission des droits de la personne québécoise, est une négation de notre démocratie libérale occidentale.
Dans une réelle démocratie, le droit de critiquer les religions est un droit fondamental. Sinon, le droit à la liberté d'expression perd tout son sens.
Le blogueur saoudien Raif Badawi a été condamné à 10 ans de prison et 1000 coups de fouets. Il vient de recevoir les 50 premiers. Son crime? Défense de la liberté d'expression. Et donc «insulte à l'islam».
Il est temps d'ajuster nos lunettes et de ne plus prendre les religions comme solution, mais de les voir plutôt comme un problème. Elles sont indubitablement un frein au Progrès humain, une dérive culturelle millénaire, souvent démente. Elles creusent en fait notre abime sur terre en causant du Ciel dont personne n'est jamais revenu.